Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Incendie d'une maison de retraite à Guérande : quel relogement pour les 75 résidents ?

-
Par , France Bleu Loire Océan

Un incendie a détruit une partie de la maison de retraite Orpea à Guérande (Loire-Atlantique), samedi 11 janvier. Les 75 résidents ont tous dû être relogés car l'établissement doit subir des travaux qui risquent de prendre plusieurs semaines. France Bleu fait le point sur la situation ce lundi 13.

Un membre du personnel de la résidence Orpea de Marseille échange avec une résidente à Marseille, le 19 janvier 2008 (photo d'illustration).
Un membre du personnel de la résidence Orpea de Marseille échange avec une résidente à Marseille, le 19 janvier 2008 (photo d'illustration). © Maxppp - Patrice Magnien

Guérande, France

Que sont devenus les 75 résidents de la maison de retraite privée Orpéa de Guérande (Loire-Atlantique) ? Une partie de l'établissement privé a brûlé, samedi 11 janvier, dans un incendie a priori accidentel qui n'a fait aucune victime. Le feu est parti d'une guirlande de Noël dans le hall d'accueil, selon les premiers éléments de l'enquête. Il a également ravagé un local technique et mis hors service le système de sécurité incendie. Les travaux de remise en état vont prendre plusieurs semaines, même si l'ampleur précise des dégâts ne pourra être déterminée qu'après une expertise. L'intégralité des résidents de l'établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) a été relogée en urgence, samedi soir. Quarante-huit heures après les faits, ils sont tous répartis dans d'autres établissements ou dans leurs familles. 

Ecoute psychologique, regroupement, point avec les familles

Le père et la belle-mère de Marcel Aubert, par exemple, ont été accueillis au Pouliguen. "Ils sont complètement déboussolés", raconte ce Nazairien. "Ils ne savent même pas qu'il y a eu un incendie. Ils ont été évacués sans avoir vu une seule flamme donc, même si on leur a dit 50 fois en trois jours, je ne sais pas s'ils ont imprimé qu'il y avait eu un feu." Pour les aider à gérer ce changement de résidence, ils seront reçus par une psychologue.

A Rezé aussi, on met des mesures en place pour aider la douzaine de résidents guérandais à s'intégrer au mieux dans leur nouvel environnement : accueil individuel, récupération de leurs affaires restées à Guérande, point régulier avec les familles. "On a pu regrouper dans une même aile la quasi-totalité des résidents accueillis, ce qui leur permet d'être ensemble une bonne partie de la journée. Ils déjeunent et dînent ensemble", explique Guillaume Pavageau, le directeur de la structure Orpea qui les accueille. "Pour eux, c'est déjà moins traumatisant. Ils sont aussi contents d'avoir des têtes connues à côté d'eux", explique celui qui gère une centaine de résidents au quotidien.

Les douze résidents accueillis à Rezé pourront - comme le père et la belle-mère de Marcel Aubert - rester dans leur établissement de refuge jusqu'à la réouverture de l'Ehpad de Guérande. C'est d'ailleurs un des points de vigilance de l'agence régionale de santé des Pays de la Loire : "J'ai demandé au gestionnaire de se mettre en lien avec les responsables des établissements d'accueil pour leur donner de l'information sur la durée de séjour. On suivra ça pour qu'il n'y ait pas de difficultés de part et d'autre", détaille Nicolas Durand, son directeur général adjoint. L'ARS n'exclut pas d'ouvrir une cellule psychologique pour les salariés de l'Ehpad et les résidents, si un contrecoup se fait sentir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu