Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Incendie de Courchevel : un an après, un collectif pour la mémoire des victimes a voulu se faire entendre

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu
Courchevel 1850, Saint-Bon-Tarentaise, France

Un collectif pour la mémoire des victimes de l'incendie de Courchevel a organisé ce dimanche une marche silencieuse dans la station, mais n'a réuni qu'une petite vingtaine de personnes, la moitié en gilets jaunes. Le collectif a également voulu pointer les responsabilités dans ce drame.

Le témoignage de l'une des victimes de l'incendie a notamment été lu avant la marche
Le témoignage de l'une des victimes de l'incendie a notamment été lu avant la marche © Radio France - Damien Triomphe

Il avait bien été spécifié dans le communiqué : pas de slogans, pas de panneaux, pas de drapeaux... seulement des "gilets jaunes, rouges et verts." Quelques "gilets jaunes" étaient bien de sortie, portés par la moitié de la vingtaine de participants à cette marche silencieuse en mémoire des victimes de l'incendie qui a ravagé il y a un an, le 20 janvier 2019, un bâtiment de Courchevel 1850 dans lequel logeait une cinquantaine de saisonniers. Le drame avait fait deux morts, et 24 blessés, dont quatre gravement. 

La vingtaine de participants à la marche sont passés volontairement devant plusieurs hôtels de la station - Radio France
La vingtaine de participants à la marche sont passés volontairement devant plusieurs hôtels de la station © Radio France - Damien Triomphe

"On ne peut pas laisser les choses se faire... les conditions d'habitation des saisonniers étaient déplorables. On est là pour que les gens se souviennent" explique William, un gilet jaune venu d'Albertville. Parce qu'au-delà de la commémoration, c'est aussi pour dénoncer ceux qu'ils estiment responsables que les membres du collectif se sont réunis ; l'homme suspecté d'avoir mis le feu, mais également le propriétaire du bâtiment, le groupe Tournier.

L'avocat de neuf des victimes était présent, Me Sylvain Cormier : "Nous serons très exigeants et attentifs à ce qu'aucune responsabilité ne soit éludée." Il rappelle qu'une enquête spécifique pour l'incendie criminel est en cours, un dossier auquel les parties civiles ont accès. Et il explique également qu'une autre enquête est confiée au procureur de la République, qui concerne "l'état d'insalubrité de l'immeuble, le non-respect des règles de sécurité, et celle-ci est complètement opaque." L'avocat ajoute sur cette enquête : "on ne sait pas ce qu'il s'y passe, s'il s'y passe quelque chose."

Une marche qui n'a pas fait l'unanimité

La marche a été précédé d'un court rassemblement, pendant lequel deux témoignages ont été lus, l'un du père d'une victime l'autre d'une victime elle-même. Un panneau a également été placardé devant le bâtiment où l'incendie a eu lieu, en souvenirs des victimes. C'est à ce moment-là qu'un peu moins d'une dizaine de saisonniers a voulu rejoindre l'hommage, mais a finalement gardé ses distances. Le problème ? La présence de "gilets jaunes". "On ne comprend pas pourquoi ils se trouvent ici en fait" explique Valentin, saisonnier, présent dans l'un des logements de l'immeuble la nuit de l'incendie, qui s'attendait à une commémoration, sans revendications. "Les tracts qui sont donnés ne sont pas corrects. Oui, certes, le logement était peut être insalubre, mais il ne faut pas oublier que c'est un incendie criminel aussi, on ne peut pas remettre la faute que sur le groupe Tournier" développe-t-il.

Une affiche a été accrochée en face de l'ancien hôtel Isba, où l'incendie a eu lieu il y a un an. - Radio France
Une affiche a été accrochée en face de l'ancien hôtel Isba, où l'incendie a eu lieu il y a un an. © Radio France - Damien Triomphe
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu