Faits divers – Justice

Incendie de Gabian : un des pompiers blessés est mort

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault jeudi 22 septembre 2016 à 1:05

L'incendie de Gabian avait parcouru 200 hectares
L'incendie de Gabian avait parcouru 200 hectares © Maxppp -

Jérémy Beier, un des quatre pompiers brûlés dans l'incendie de Gabian (Hérault) le 10 août dernier n'a pas survécu à ses blessures, il avait 24 ans.

Un des quatre pompiers brûlés dans l'incendie de Gabian le 10 août dernier est mort des suites de ses blessures. Jérémy Beier avait 24 ans, il était le plus gravement touché.

Dès le soir de l'incendie, les médecins étaient très pessimistes sur l'état de santé de ce jeune pompier : brûlé à 90%, il était maintenu dans un coma artificiel pour limiter ses souffrances. Son entourage savait qu'il ne s'en sortirait sans doute pas... même si on ne peut jamais se résoudre à ne plus y croire.

Trois autres pompiers ont été blessés dans ce feu au nord de Béziers. Le moins gravement touché, David Fontaine est en centre de rééducation à Lamalou-les-Bains. Les deux autres sont toujours en réanimation au CHU de Montpellier.

Ce jeudi matin, lors du passage de garde à la caserne des pompiers de la Paillade, les pompiers qui finissaient leur service et ceux qui le prenaient ainsi que les jeunes du centre de formation dont étaient originaires Jérémy se sont spontanément rassemblés, une soixantaine de pompiers dans un instant de communion en silence.

"C'est la consternation pour tout le monde."

Aujourd'hui c'est bien sûr toute la famille des sapeurs-pompiers qui est touchée par la mort de ce camarade.

_"Tout le monde est abattu. Même si on le savait, on n'est pas dupe. Même si on n'est pas médecin, on s'était largement préparé, mais le moment est là et c'est la douche froide, témoigne David Payan du syndicat national des sapeurs pompiers FO de l'Hérault. Jusque là, on a toujours été digne, mais là ça nous touche directement, c'est le camarade à qui on serrera plus la main le matin. Le risque on en est tous conscient, mais quand on s’entraîne c'est pas pour mourir, c'est pour être efficace. Il faut qu'on accompagne notre camarade dignement. C'est dur."_

David Payan "On est tous bouleversés"

Une émotion teintée de colère aussi. Les pompiers dénoncent depuis plusieurs semaines déjà la vétusté du matériel utilisé ce jour là lors de l'incendie, les quatre pompiers brûlés auraient embarqué dans un camion dont le système d'autoprotection était défaillant ou inexistant. Ils s'interrogent aussi sur des ordres contradictoires qui auraient été donnés pendant l'intervention.

"Quand on s’entraîne à la caserne, on s’entraîne pas pour mourir mais pour être efficace. Le risque on en est tous conscient, moi demain si je rentre dans un appartement et que ça me pète à la gueule, c'est la faute de personne. Mais là, y a pire que le pyromane, y a celui qui doit nous permettre de bien travailler qui n'a pas fait son boulot. j'ai toujours eu envie de faire ce métier, mais pas comme ça. Sur un feu de foret on veut tous aller au charbon, on s’entraîne pour être bon mais aujourd’hui la population héraultaise n'a pas le niveau de sécurité qu'elle mérite, nous les pompiers, on voudrait être bien tellement meilleurs et faire avec les moyens qu'il faut. Je ne peux plus cautionner ça. La situation est dramatique et aujourd'hui l'événement ne fait que le confirmer. C'est très compliqué."

David Payan "je ne peux plus cautionner cela"

Plusieurs familles ont porté plainte. Le parquet de Béziers doit ouvrir une information judiciaire pour faire toute la lumière sur cet accident. Des expertises seront faites sur les camions et les pompiers blessés seront auditionnés, quand leur état de santé le permettra.

Un hommage sera rendu au jeune Jérémy ce jeudi à l'occasion du congrès de sapeurs-pompiers qui se déroule à Tours, le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve devrait y prendre la parole.

Partager sur :