Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendie de l'antenne relais à Bourg-Saint-Andéol : dix personnes en garde à vue

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Les gendarmes ont arrêté mardi 18 personnes suspectées d'être en lien avec l'incendie le 24 août 2019 de l'antenne relais de Bourg-Saint-Andéol. Dix ont été placées en garde à vue.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Vincent Pillet

L'opération a mobilisé mardi 150 gendarmes dans cinq départements : la Drôme, le Vaucluse, l'Essonne, les Hauts-de-Seine et la Haute-Garonne. Dix-huit personnes ont été entendues à titre de mises en cause ou à titre de témoins. 

Dix personnes ont été placées en garde à vue 

En octobre 2019, le parquet de privas ouvre une information judiciaire pour destruction de biens par moyens dangereux pour les personnes.  Et l'enquête s'oriente vers un groupe de personnes habitants les départements de la Drôme, du Vaucluse et de l'Essonne en région parisienne. 

Sur les dix-huit personnes interpellées, dix ont été placées en garde à vue. Une seule a été mise en examen à l'issue de sa garde à vue par un magistrat instructeur. Le parquet la qualifie d'instigatrice de l'opération

Les neufs autres seront convoquées ultérieurement devant le tribunal correctionnel. On ne sait pas quelle part ont pris ces personnes dans l'incendie de l'antenne relais de Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) le 24 août dernier. Mais le parquet fait savoir qu'ils ont "reconnu avec une participation à des degrés divers avoir commis l'incendie". Le parquet de Privas avait ouvert une information judiciaire pour destruction de bien par moyens dangereux pour les personnes. 

Le parquet ne donne pas d'information les raisons pour lesquelles cet acte a été commis. Les dégradations de relais de téléphonie se sont multipliés ces dernières semaines. Des actions attribuées généralement à l'ultragauche ou à des militants anti 5G. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu