Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : des niveaux de dioxines relativement faibles, nouvelles analyses pour l'amiante

De nouvelles analyses vont être effectuées pour vérifier la présence ou non d'amiante après l'incendie à l'usine Lubrizol à Rouen. C'est ce que le préfet de Seine-Maritime a annoncé mercredi lors d'une nouvelle conférence de presse.

Le préfet de Seine-Maritime annonce de nouvelles analyses pour l'amiante, six jours après l'incendie à l'usine Lubrizol à Rouen
Le préfet de Seine-Maritime annonce de nouvelles analyses pour l'amiante, six jours après l'incendie à l'usine Lubrizol à Rouen © Radio France - Théophile Pedrola

Le préfet de Seine-Maritime Pierre-André Durand a annoncé mercredi lors d'une conférence de presse que de nouvelles analyses seraient effectuées pour vérifier la présence ou non d'amiante après l'incendie à Lubrizol à Rouen.

Les premières analyses dans l'air sont rassurantes. Mais la zone de recherches va être étendue. Les nouvelles analyses vont être menées par Lubrizol dans un rayon de 800 mètres autour de l'usine et non plus 300 mètres, indique le préfet. 

Niveaux faibles de dioxines sous le panache de fumée 

D'ici la fin de la semaine, on connaîtra les résultats des analyses sur les suies et la présence éventuelle de dioxines, a promis Pierre-André Durand.

Les premières analyses effectuées sous le panache de fumée de l'incendie de l'usine Lubrizol ont révélé des niveaux de dioxines "relativement faibles" et proches "du bruit de fond",  a indiqué mercredi Raymond Cointe, directeur général de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques. "Je ne pense pas qu'il faille avoir d'inquiétude particulière", a-t-il ajouté. 

Mais la source principale potentielle de contamination est notamment l'alimentation. "Les analyses sont en cours en ce qui concerne les produits alimentaires qui auraient pu être contaminés par les dioxines", a précisé Raymond Cointe.

Numéro vert et cellule psychologique

Pour répondre aux inquiétudes des riverains et de la population, un numéro vert a été mis en place par le gouvernement. Il s'agit du 0 800 009 785. Ce numéro est ouvert 7 jours sur 7 entre entre 8h et 20h.

La cellule psychologique installée par l'Agence régionale de santé au centre municipal Charlotte Delbos sur la rive gauche de Rouen a reçu six personnes ce mercredi, a précisé le préfet. Des professionnels de santé y reçoivent gratuitement et sans rendez-vous les personnes qui souhaitent exprimer leur stress et leur inquiétude.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess