Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : le rapport prémonitoire de l'assureur

La catastrophe de Lubrizol aurait-elle pu être évitée? Le Monde et Mediapart révèlent que trois jours avant le gigantesque incendie, la compagnie d'assurance de l'entreprise lui avait transmis un rapport pointant les failles des installations.

Le 26 septembre 2019, l usine Lubrizol partait en fumée, laissant s 'échapper des milliers de tonnes de produits chimiques.
Le 26 septembre 2019, l usine Lubrizol partait en fumée, laissant s 'échapper des milliers de tonnes de produits chimiques. © Radio France

Plus de quatre mois après l'incendie qui a ravagé un entrepôt de l'usine Lubrizol, classée Seveso, à Rouen, le quotidien Le Monde et Mediapart révèlent un rapport troublant. Le 23 septembre 2019, trois jours avant le gigantesque incendie, la compagnie d'assurance de l'entreprise, FM Global, lui a transmis un rapport qui met en lumière les failles des installations. Et les mesures de sécurité qui auraient dû être prises pour éviter le pire sur le site.

Un rapport dans lequel l'assureur alerte Lubrizol sur la présence dans un bâtiment de grands conteneurs en plastique, et détaille ce qui se passerait en cas d'incendie. "Lorsqu'on a un feu dans un des bâtiments, le plastique va fondre et d'un coup on avoir 1000 litres de produits inflammables qui prennent feu et qui coulent dans le bâtiment. Et cela correspond à ce que les pompiers ont décrit, c'est à dire une rivière de feu, alors qu'on a  aujourd'hui des récipients métalliques qui protègent beaucoup mieux en cas d'incendie", détaille Gérald Le Corre, responsable CGT de la Seine-Maritime.

Des systèmes de détection insuffisants

L'insuffisance des systèmes de détection, notamment les sprinklers des extincteurs, inquiètent également l'assureur dans ce rapport. Pour Gérald Le Corre, la responsabilité de Lubrizol, prévenu des risques, est donc indéniable. Et le syndicaliste s'interroge aussi sur celle de l'État : "le préfet de région a assuré qu'il y avait eu entre 30 et 40 contrôles des services de l'État. Comment comprendre que les services de l'État n'ont pas mis en évidence ce défaut de sécurité incendie, quand des assureurs qui passent une fois par an font des remarques extrêmement précises et pertinentes, avec un scénario qui s'est révélé complètement exact au moment de l'incendie le 26 septembre?"  

Lubrizol a réagit dans un communiqué, et assure que "le site de Rouen, y compris tous équipements, étaient en conformité avec la réglementation en matière de santé, sécurité et environnement au moment de l’incendie".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess