Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendie de la discothèque Le Naos en 2018, à Orléans : un homme condamné à cinq ans de prison ferme

-
Par , , France Bleu Orléans

Trois hommes étaient jugés ce mardi à Orléans par le tribunal correctionnel pour l'incendie d'une boîte de nuit, le Naos, en 2018. Un seul, âgé de 29 ans, a finalement été condamné : il écope de cinq ans de prison ferme. Les deux autres sont relaxés.

Les faits se sont produits sur le parking de la discothèque
Les faits se sont produits sur le parking de la discothèque © Radio France - Eric Le Bihan

Un homme de 29 ans (Mohamed A..) a été condamné mardi par le tribunal correctionnel d’Orléans à cinq ans de prison ferme. Il était poursuivi avec deux autres prévenus, âgés de 29 et 37 ans, pour avoir incendié en avril 2018 la discothèque le NAOS situé le long de la RD 2020 à la limite entre Fleury-les-Aubrais et Orléans. 

Cet incendie criminel avait ravagé (presque) entièrement l’établissement de nuit. Il marquait aussi le début d’une longue série qui a agité le milieu de la nuit entre octobre 2017 et février l’année dernière, puis trois autres discothèques avaient été incendiées dans cette période. Trois hommes (tous trois étaient en détention provisoire) étaient jugés ce mardi après-midi à Orléans, mais un seul a donc finalement été condamné.

Le parquet convaincu de la culpabilité des trois prévenus

Pour la représentante du parquet Emilie Viziedo, les trois prévenus sont "sans aucun doute" à l’origine de l’incendie qui a ravagé le NAOS, anciennement le Gardel’s, dans la nuit du 24 au 25 avril 2018 : il y a un organisateur et deux exécutants. C'est ce qui ressort, affirme le parquet, de l'enquête minutieuse et détaillée de la police judiciaire sous la houlette du juge d’instruction pendant plus d’un an.

Mais un seul homme condamné

Détail qui n’en est pas un : l’ADN de Mohamed A. a été retrouvé sur une allumette qui a servi à bloquer la serrure d’un volet métallique et permis ainsi aux incendiaires de pénétrer dans la discothèque. Pour l’avocate de l’un des prévenus, des images trop sombres des caméras de surveillance du NAOS, des silhouettes, des démarches, des témoignages sous X ne sont pas des preuves suffisantes. Sylvain P. et Omar D. ont, au final, été relaxés par le tribunal correctionnel d'Orléans mardi soir.

Des dégâts considérables pour le patron de la boîte de nuit

Reste des dégâts considérables pour le gérant et le propriétaire de l’établissement de nuit : plus d’un million d’euros de travaux toujours pas réalisés et un manque à gagner également de plus d’un million d’euros avec une fermeture qui dure depuis 21 mois. 

L'enquête se poursuit au sujet des autres incendies

Reste aussi un commanditaire que la police cherche toujours à identifier. Le même peut-être qui mène "une guerre des discothèques" dans le milieu de la nuit orléanaise, entre octobre 2017 et février 2019 avec les incendies du Nova, du NAOS, du Pavillon et du Phénix. Une enquête est toujours en cours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu