Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Incendie de la gendarmerie à Meylan : une dizaine de personnes interpellées

mercredi 8 novembre 2017 à 12:40 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère et France Bleu

Près de deux semaines après l'incendie de la gendarmerie de Meylan, l’enquête s'est brusquement accélérée ce mercredi matin. Plusieurs interpellations ont eu lieu au lever du jour dans la métropole grenobloise.

La façade noircie d'un immeuble d'habitation de la caserne de Meylan
La façade noircie d'un immeuble d'habitation de la caserne de Meylan © Maxppp -

Grenoble, France

Les interpellations ont eu lieu dans plusieurs endroits de l'agglomération grenobloise, à Meylan, La Tronche et Grenoble. Une dizaine de personnes ont aussitôt été placées en garde a vue. L'incendie de la gendarmerie de Meylan avait été revendiqué quelques jours plus tard, via le site libertaire Indymedia, par des anarchistes féministes. Ces dernières affirmaient lutter "contre le sexisme", expliquant leur geste par une envie de revanche. "On a eu envie de s'attaquer aux individus et à leurs biens personnels plus qu'à leur fonction de gendarme" pouvait-on lire dans ce communiqué.

Les personnes interpellées sont issues de la délinquance locale

Et en effet, ce sont une moto et quatre voitures personnelles qui avaient été incendiées volontairement. "Heureusement que les gendarmes et leurs familles ont réagi vite", avait alors souligné le procureur de Grenoble, "sinon, il aurait pu y avoir un drame..."

La piste des anarcho-libertaires avait été privilégiée dans un premier temps tout comme dans l’enquête concernant l'incendie d'un hangar dans la caserne de Grenoble le 21 septembre. Mais les enquêteurs n'avaient pas pour autant laissé de côté celle de la vengeance. Et au vu du profil des personnes interpellées, c'est donc cette deuxième hypothèse qui est retenue car elles appartiendraient au milieu de la petite délinquance locale. On n'en sait pas plus pour l'instant, la gendarmerie se refusant à tout commentaire.