Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Salle des fêtes de Farnay incendiée : deux adolescents de 17 ans mis en examen

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les gendarmes ont arrêté plusieurs jeunes dont deux devront répondre de l’incendie de la salle des fêtes de Farnay début août.

Le préjudice est estimé à 200 000 euros.
Le préjudice est estimé à 200 000 euros. © Radio France - Guillemette Franquet

Farnay, France

Mardi 1er octobre, les gendarmes ont arrêté plusieurs adolescents dont deux devront répondre devant le tribunal pour enfants de l’incendie de la salle des fêtes de Farnay (Loire) le 5 août dernier. Ils sont mis en examen pour dégradation de bien public par moyen dangereux pour les personnes. 

Les enquêteurs écoutaient leurs conversations téléphoniques depuis la mi-août dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par le parquet de Saint-Etienne jusqu'à que le groupe se trahisse. 

En réaction contre le maire qui avait éteint les lumières le samedi soir

Ils ont 17 ans. L’un habite la commune de Farnay, l’autre la vallée du Gier. Ces jeunes gens étaient remontés contre le maire de Farnay qui avait dû prendre des mesures pour dissuader les incivilités qui s'étaient multipliées durant l'été. Il avait notamment organisé une réunion publique en présence d'un commandant de gendarmerie, à laquelle 300 personnes avaient assisté. 

L'élu avait aussi décidé de faire éteindre l'éclairage public à l’extérieur de cette salle des fêtes le samedi après 23 heures pour "éviter d'attirer les gamins en situation d'oisiveté et d'incivilité", selon les termes du procureur de la République de Saint-Étienne. "Tout ça a fini par déplaire à ces jeunes gens qui ont manifestement un problème avec l'autorité", poursuit David Charmatz. "Dans leurs aveux, ils motivent [leurs actes] par leur _insatisfaction quant à l'attitude du maire_. Ils voulaient réagir au fait que le maire ait eu l'outrecuidance d'appeler la gendarmerie".

En théorie, ces deux adolescents encourent 10 ans de prison, peine qui est réduite de moitié quand l'excuse de minorité est retenue. Ils étaient déjà connus des forces de l'ordre déjà pour "certains comportements" mais leur casier judiciaire est vierge de toute condamnation. 

"Il faut qu'ils paient", Jean-Alain Barrier, maire de Farnay

"C'est bien malheureux qu'on en arrive là", réagit Jean-Alain Barrier, le maire de Farnay "mais il faut qu'ils paient, il y a des limites à ne pas dépasser". La commune de Farnay attend le résultat des expertises d'ici début novembre avant que des travaux puissent démarrer dans ce qu'il reste de la salle des fêtes. Le préjudice financier est estimé à 200 000 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu