Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie de Lubrizol : des riverains de l'usine envisagent de déménager

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu

Encore sous le choc après l'incendie de Lubrizol le 26 septembre, certains habitants envisagent de quitter leur quartier. Ils se situent à quelques centaines de mètres de l'usine chimique.

Certains riverains de la zone industrielle se pose des questions
Certains riverains de la zone industrielle se pose des questions © Radio France - Rudy Pupin

Rouen, France

Près d'un mois après l'incendie de Lubrizol, l'émotion fait place au questionnement chez les riverains situés près du site à Petit-Quevilly. Certains ne se trouvent plus en sécurité chez eux, dans leur propre maison et envisage de déménager. Ils ne veulent plus revivre ce 26 septembre 2019.

S'éloigner du site 

Depuis deux ans, Cindy est locataire d'une petite maison, rue Jean-Baptiste Clément, à 300 mètres du site. "On ne se sent pas bien chez nous. À chaque fois que je reviens ici, je sens l'odeur aussitôt. Puis se dire qu'il n'y a pas qu'une seule usine comme cela dans le coin, ce n'est pas rassurant". 

"Nous ne voulons pas revivre cette situation d'abandon" - Cindy, une habitante

Estimant par ailleurs avoir été délaissée par les autorités pendant l'incendie, elle visite avec son compagnon des maisons à la campagne afin de partir. "Nous ne voulons pas revivre cette situation d'abandon", indique-t-elle. 

Non loin de là, dans une rue voisine, Jean-François Domanget. Cet habitant souhaiterait déménager mais un problème se pose : il est propriétaire. "On se sent pieds et poings liés par la situation économique qui nous est pas favorable. La maison serait dévaluée. Je vais attendre que le temps passe".

Certains habitants du quartier vont également déposer plainte prochainement. Ils estiment ne pas avoir eu suffisamment d'informations de la part des autorités.

  - Radio France
© Radio France - Eric Turpin / Google
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu