Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie de Lubrizol : plusieurs infractions relevées par la DREAL chez Lubrizol

L'usine de Lubrizol n'était pas assez préparée pour faire face au gigantesque incendie du 26 septembre dernier. C'est ce qu'il ressort du procès verbal dressé par la DREAL, direction régionale de l'environnement, et transmis au parquet de Paris et au préfet. PV qui relève plusieurs infractions.

L'usine Lubrizol après l'incendie du 26 septembre 2019
L'usine Lubrizol après l'incendie du 26 septembre 2019 © Radio France - Coralie Moreau

Rouen, France

On l'apprend ce mardi 12 novembre 2019, la DREAL, direction régionale de l'environnement, a relevé sur le site de l'usine Lubrizol à Rouen plusieurs infractions au lendemain du terrible incendie qui s'est produit le 26 septembre 2019. En ce qui concerne la sécurité tout d'abord, il n'y avait pas de systèmes de détection incendie dans les zones de stockage extérieures. D'autre part, la direction de Lubrizol n'avait pas envisagé le scénario de la catastrophe du 26 septembre, cet incendie qui s'étend sur deux sites. La réglementation oblige pourtant les sites seveso à en tenir compte et à proposer un plan d'action précis, ce qui n'était pas le cas, la directrice générale de l'entreprise l'avait d'ailleurs reconnu au lendemain du drame. 

Relevé également par la DREAL, le manque de réserve d'eau sur le site qui a gêné et ralenti l'intervention des pompiers qui avaient dû se reporter sur les bouches d'incendie du réseau public avant de pomper la Seine.  

Enfin, concernant l'environnement, l'entreprise ne disposait pas des systèmes de caniveau nécessaires pour empêcher les nappes de produits inflammables et les eaux usées de se répandre, ce qui a provoqué une pollution du fleuve.

Dans son arrêté de mise en demeure du vendredi 8 novembre, le préfet de la Seine-Maritime laisse un à deux mois, selon les infractions, à Lubrizol pour se mettre aux normes, au risque de poursuites judiciaires. Au risque aussi de ne pas pouvoir relancer l'activité, ce que réclame avec insistance le PDG du groupe.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu