Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Incendie de Malesherbes : la piste de l'homicide est confirmée par l'autopsie

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Le mari de la jeune femme dont le corps avait été retrouvé sans vie après l'incendie d'un appartement à Malesherbes (Loiret), est toujours en garde à vue et devrait être présenté à un juge ce vendredi. Le corps portait des traces d'égorgement. Le mari nie être l'auteur de ces violences

La brigade de gendarmerie de Malesherbes (photo google maps)
La brigade de gendarmerie de Malesherbes (photo google maps) - Capture écran

Malesherbes, France

L'autopsie pratiquée ce jeudi après-midi sur le corps de la jeune femme de 22 ans retrouvée morte dans son appartement de la rue de Soisy, à Malesherbes, a confirmé la piste envisagée par les enquêteurs. L'hypothèse qu'elle n'est pas décédée suite à l'incendie de son logement, mais suite à un homicide.

Selon le médecin légiste, le corps portait des traces d'égorgement, ainsi que les traces d'un début d'incendie. Voilà qui confirme la piste criminelle. Une information judiciaire sera ouverte ce vendredi 16 août pour "meurtre sur conjoint" et "destruction volontaire par incendie". 

Le mari nie être l'auteur de ces violences

Le mari de la jeune femme, placé en garde à vue dès mercredi, nie être l'auteur de ces violences, et refuse de parler aux enquêteurs, les gendarmes de la brigade de recherches d'Orléans. Il sera présenté à un juge d'instruction ce vendredi. Il est le principal suspect.

Le bébé du couple, âgé de deux mois et demi, a été placé sous la responsabilité du service d'aide sociale à l'enfance du département. Son père l'avait extrait de l'appartement au moment de l'incendie, il avait été hospitalisé pour avoir inhalé des fumées, mais son état n'inspirait pas d'inquiétude.