Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Incendie de Notre-Dame : sept mégots ont été retrouvés sur le site

Des ouvriers du chantier de Notre-Dame de Paris, dévastée par un incendie lundi 15 avril 2019, reconnaissent avoir fumé sur le chantier. Cette information du Canard Enchaîné a été confirmée par l'entreprise Le Bras Frères qui précise qu'un mégot mal éteint ne peut pas être à l'origine du feu.

Des mégots ont été trouvés en haut de la cathédrale.
Des mégots ont été trouvés en haut de la cathédrale. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Paris, France

L'entreprise Le Bras Frères qui montait l'échafaudage autour de la flèche de Notre-Dame de Paris réagit ce mercredi aux informations du Canard Enchaîné qui affirme que les enquêteurs ont trouvé sept mégots sur le chantier. Elle a reconnu et regretté mercredi que certains de ces compagnons aient fumé sur le chantier malgré l'interdiction. La piste accidentelle était privilégiée après l'incendie qui a en partie détruit Notre-Dame de Paris.

Un mégot mal éteint ne peut pas avoir mis le feu à la cathédrale, affirme Le Bras Frères 

Marc Eskenazi, porte-parole de l'entreprise, indique que des "compagnons ont reconnu devant les policiers qu'effectivement, il leur arrivait de fumer. Il y avait effectivement une interdiction de fumer sur l'échafaudage", précise-t-il. 

Il explique que si "cette interdiction était plus ou moins respectée, c'est qu'il était un peu compliqué de descendre parce que ça prend du temps".  Pour autant, il est "hors de question", dit-il, que cette négligence soit à l'origine de l'incendie. 

Il précise aussi : "Si n'importe qui a déjà essayé d'allumer un feu de cheminée, ce n'est pas en mettant un mégot sur une bûche en chêne qu'il va se passer grand-chose. De toute façon, c'est exclu".  

Les moteurs de l'ascenseur ne sont pas non plus en cause, affirme Le Bras Frères 

Quant à la piste d'un feu provoqué par les moteurs électriques des ascenseurs de l'échafaudage, Marc Eskenazi a souligné que ces moteurs "ne posaient aucun problème". 

"De toute façon, ils sont loin de la flèche alors que ce qui est établi c'est que l'incendie a démarré à l'intérieur de l'édifice", a-t-il indiqué.  "En aucun cas, ils peuvent être responsables de l'incendie".  

Le Bras Frères poursuit les travaux de consolidation et de protection de la cathédrale 

La Direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France a "mandaté Le Bras Frères pour les travaux de consolidation et de sécurisation de la cathédrale", rappelle le porte-parole de l'entreprise.  

"Les trois pignons de la cathédrale sont en train d'être consolidés et étayés pour renforcer la structure de l'édifice et une bâche est déployée", a-t-il détaillé.  

Il a ajouté que parallèlement, "des travaux vont être entrepris en vue de déposer les vitraux de la cathédrale et un échafaudage va être construit autour de l'échafaudage qui a souffert du feu de façon à le consolider et, dans un deuxième temps, à le déposer".