Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Incendie de voitures à Quetigny : une enquête de terrain pour retrouver les responsables

lundi 11 mars 2019 à 16:53 Par Damien Mestre, France Bleu Bourgogne

La brigade territoriale de gendarmerie de Quetigny a interpellé deux jeunes hommes après l'incendie de huit voitures, les 6 janvier et 10 février derniers.

Une voiture incendiée. /Photo d'illustration.
Une voiture incendiée. /Photo d'illustration. © Radio France - Laurent Gallien

Quetigny, France

Deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années ont été interpellés la semaine dernière après l'incendie de huit voitures à Quetigny. Les délits remontent au 6 janvier et au 10 février derniers. 

Les deux incendiaires reconnaissent en partie les faits. L'un des deux jeunes hommes était mineur, et connu des services de police.  Ils seront convoqués fin avril devant la justice. 

Selon des sources proches de l'enquête, cette série d'incendies ne visait pas à troubler l'ordre public. C'est un différend, entre voisins, qui en serait à l'origine. 

Une enquête de terrain

Remonter la piste des incendiaires dans ce genre d'affaire est loin d'être évident. Les voitures calcinées ne fournissent que très peu de preuves matérielles. Difficile également pour la police scientifique d'exploiter la moindre trace.

C'est donc une enquête de terrain qui a permis cette mise en examen. Emma Ardouin, la commandante de la compagnie de gendarmerie de Dijon, s'est félicitée de la réussite de l'opération. Selon elle, c'est le travail de fidélisation des sources d'informations locales (citoyens, élus, commerçants...) qui a permis de réaliser l'enquête. Cette politique de renseignement de proximité a été initié dans le cadre de la Police de sécurité du quotidien (PSQ), lancée l'an dernier par le ministère de l'Intérieur.