Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre
Dossier : Incendie du Cuba Libre à Rouen : le procès

Incendie du Cuba Libre à Rouen : les deux gérants du bar définitivement condamnés

Nacer et Amirouche Boutrif ont décidé de ne pas faire appel du jugement du tribunal correctionnel de Rouen. Les deux co-gérants du Cuba Libre ont été condamnés fin octobre à cinq ans de prison dont trois ferme pour homicides involontaires et blessures involontaires aggravés.

L'incendie du bar "Au Cuba Libre" dans la nuit du 5 au 6 août 2016 avait fait 14 morts à Rouen. juillet 2018.
L'incendie du bar "Au Cuba Libre" dans la nuit du 5 au 6 août 2016 avait fait 14 morts à Rouen. juillet 2018. © Radio France - Bénédicte Courret

Les deux frères avaient dix jours pour faire appel. Le délai expirait ce lundi soir. Comme ils l'avaient laissé entendre lors de leur procès en septembre, Nacer et Amirouche Boutrif, 40 et 48 ans, ont choisi de ne pas faire appel de leur condamnation. Le 22 octobre dernier, le tribunal correctionnel de Rouen les a reconnus coupables "d'homicides et de blessures involontaires par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence".  Les deux co-gérants du bar ont été condamnés tous les deux à une peine de cinq ans de prison dont trois ferme. Condamnation désormais définitive. Le Parquet de Rouen n'a pas fait appel non plus.

En revanche, 19 parties civiles ont fait appel sur les intérêts civils. Essentiellement des proches des 14 victimes décédées dans l'incendie du bar et que le tribunal a débouté de leurs demandes d'indemnisation. Une nouvelle audience aura donc lieu devant la Cour d'appel sur le volet civil de l'affaire.

Dans son jugement, le tribunal a accordé plusieurs centaines de milliers d'euros aux familles en réparation des différents préjudices. Une partie de ces dommages et intérêts a déjà été versée par AXA, qui assurait le bar. Rien que pour les parents des victimes, cela représente près d'un million et demi d'euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess