Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Incendie du Cuba Libre à Rouen : le procès

Incendie du Cuba Libre à Rouen : cinq ans de prison dont trois ans ferme pour les deux anciens gérants

Le tribunal correctionnel de Rouen a condamné mardi les deux anciens gérants du Cuba Libre à 5 ans d'emprisonnement dont deux ans avec sursis. Dans la nuit de 5 au 6 août 2016, 14 personnes étaient mortes asphyxiées dans l'incendie du bar de la rive gauche de Rouen.

Au palais de justice de Rouen dans l'attente du jugement dans le procès du Cuba Libre. Le père de Mégane Autin, l'une des victimes de l'incendie
Au palais de justice de Rouen dans l'attente du jugement dans le procès du Cuba Libre. Le père de Mégane Autin, l'une des victimes de l'incendie © Radio France - Christine Wurtz

Rouen, France

Les deux anciens gérants du Cuba Libre, Nacer et Amirouche Boutrif, ont été condamnés mardi à cinq ans d'emprisonnement dont deux ans avec sursis par le tribunal correctionnel de Rouen. 

Ils ont été déclarés coupables d'homicides et blessures involontaires par "violation manifestement délibérée de plusieurs obligations de sécurité et de prudence", qui ont été directement à l’origine du décès des 14 victimes a précisé la présidente du tribunal. Les deux hommes ont par ailleurs interdiction définitive de gérer un établissement recevant du public et l'obligation d'indemniser les parties civiles.

Lors du procès du 9 au 16 septembre dernier, le Procureur de la République avait réclamé quatre ans d'emprisonnement ferme (La peine maximale est de cinq ans et 75 000 euros d'amende)  à l'encontre des deux frères âgés de 40 et 48 ans, jugés trois ans après le tragique incendie qui a fait 14 morts et 5 blessés. 

Dix manquements à la sécurité

Dans son réquisitoire, il avait relevé dix manquements à la sécurité : la mousse anti-bruit hautement inflammable, l'escalier pas aux normes, le choix délibéré de ne pas déclarer aux autorités l'aménagement du sous-sol en dancing.

Le drame s'était déroulé dans la nuit du 5 au 6 août 2016 lors d'une soirée d'anniversaire, dans le sous-sol de l'établissement. Les bougies du gâteau, de type feu de bengale, avaient enflammé le plafond et les murs de la cave recouverts d'une mousse antibruit très inflammable. La porte de secours était verrouillée. Pris au piège, les jeunes étaient morts asphyxiés.

Lors du procès, trois jeunes survivants, Gautier, Yannis et Bilel, avaient raconté l'horreur vécue la nuit du drame. Les pompiers avaient fait le récit de leur intervention très éprouvante parlant d'un "piège", d'une "souricière" pour les victimes dont la plupart avaient entre 18 et 25 ans. "

"Aucune peine n'aurait pu les satisfaire" - Rose-Marie Capitaine, avocate des parties civiles

A la sortie de l'audience, certaines familles ont fait part de leur déception et de leur colère. Elles espéraient une peine de prison ferme plus lourde. "Jamais aucune peine n'aurait pu les satisfaire", estime une avocate de la partie civile, parce qu'une peine ne peut pas remplacer un enfant et ne peut pas atténuer une telle souffrance".

Le reportage de Christine Wurtz

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu