Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Incendie du futur centre commercial Steel à Saint-Étienne : la piste criminelle privilégiée

lundi 31 décembre 2018 à 19:32 Par Alexandre Berthaud et Nerissa Hemani, France Bleu Saint-Étienne Loire

Selon les premiers éléments de l'enquête de la police de Saint-Étienne, l'incendie du futur centre commercial Steel, dans la nuit de dimanche à lundi 31 décembre serait volontaire. Les travaux recommenceront mercredi 2 janvier.

Les travaux du pole commercial Steel à Saint-Étienne.
Les travaux du pole commercial Steel à Saint-Étienne. - PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Saint-Jean-Bonnefonds, France

L'incendie du futur centre commercial Steel est il volontaire ? Dans la nuit de dimanche à lundi, plusieurs engins de chantier et des cabanes ont brûlé, et les premiers éléments de l'enquête de la police laissent peu de place au doute sur l'origine du feu : criminelle. Certains véhicules incendiés étaient recouverts de palettes en bois et aspergés de liquide inflammable. Selon la police seule l'intervention des pompiers aurait fait fuir les incendiaires.

Plusieurs pistes à explorer

Selon l'adjoint à la sécurité de la ville de Saint-Jean-Bonnefond, l'incendie était planifié, il se dit choqué par de tels agissements et parle d'un "commando". Il reste pour le moment impossible de dire qui est à l'origine du feu. S'agit-il de personnes déséquilibrées, des opposants au projet Steel, de gilets jaunes ? Effectivement la piste des manifestants est considérée comme "sérieuse" par la police. Les travaux re-démarreront mercredi, les dégâts sont considérables : 13 cabanes et 2 gros véhicules de chantiers hors services.