Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : le voisin Normandie Logistique sort enfin de son silence

15 jours après l'incendie, le voisin de Lubrizol, Normandie Logistique sort enfin de son silence. Sur ses trois entrepôts, un est entièrement détruit, les deux autres le sont partiellement, et plus de 4.000 tonnes de produits ont été brûlées. Mais aucune liste précise n'a encore été communiquée.

Sylvain Schmitt, président, et Christian Boulocher, directeur général de Normandie Logistique
Sylvain Schmitt, président, et Christian Boulocher, directeur général de Normandie Logistique © Radio France - Coralie Moreau

Rouen, France

Il aura donc fallu 15 jours pour que le voisin de Lubrizol, Normandie Logistique, sorte de son silence. 

Un silence pesant pour les habitants mais également pour les autorités, la DREAL (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) exige depuis l'incendie la liste précise des produits qui ont brûlé et leur quantité. Une liste qui devait être fournie ce jeudi 10 octobre. 

Ce n'est pas un silence qui cache quoi que ce soit, on n'a rien à cacher mais c'est un silence qui peut effectivement inquiéter, reconnaît le directeur général de l'entreprise, Christian Boulocher

La direction de Normandie Logistique rappelle que la liste des produits stockés a été fournie : des matières premières pour Lubrizol (son principal client) et Total, des produits pour l'agroalimentaire, des pièces mécaniques principalement. Sur les 10.000 tonnes de produits dans les hangars, plus de 4.000 ont brûlé et l'entreprise est incapable pour le moment d'en fournir le détail. La direction invoque des problèmes techniques et notamment des entrepôts inaccessibles pour le moment, partiellement détruits où l'inventaire n'est pas possible.

Une liste pourtant essentielle pour déterminer ce qu'il y avait dans le gigantesque panache de fumée qui s'est propagé le 26 septembre. Selon le président de Normandie Logistique, Sylvain Schmitt : "On pense respecter la réglementation, l'enquête dira s'il y a des manquements mais globalement nous stockions des produits combustibles conformes à notre classement".

Des arguments qui ne passent plus auprès de la DREAL, Patrick Berg : "Ce n'est pas mon affaire. Il a un cahier des stocks, il doit pouvoir dire où était quoi".

Concernant le feu, comme Lubrizol, Normandie Logistique affirme avoir des éléments prouvant que l'origine est à l'extérieur de son site. L'enquête se poursuit sans élément notable pour le moment.

Choix de la station

France Bleu