Faits divers – Justice

Incendie meurtrier à Paris : le suspect mis en examen et écroué

Par Joanna Yakin et Martine Bréson, France Bleu Paris mercredi 2 septembre 2015 à 7:10 Mis à jour le samedi 5 septembre 2015 à 21:05

Incendie meurtrier à Paris : le suspect mis en examen et écroué

Huit personnes, dont deux enfants, sont mortes ce mercredi matin dans un incendie au 4, rue Myrha à Paris dans le XVIIIème arrondissement. Une centaine de pompiers s'est rendue sur place. La Brigade criminelle a été saisie de l'enquête. L'homme placé en garde à vue a été mis en examen et écroué samedi.

Huit personnes, dont deux enfants, sont mortes mercredi au petit matin dans l'incendie d'un immeuble dans le nord de Paris, le plus grave depuis 2005 dans la capitale. La piste criminelle semble privilégiée. Un homme est d'ailleurs entendu par la police. Placé en garde à vue, il a été interpellé par la Brigade anticriminalité après l'exploitation des premiers témoignages et des images de vidéosurveillance. Samedi, le suspect a  été mis en examen et écroué.

Deux départs de feu à deux heures d'intervalle

Le parquet de Paris a chargé la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne de l'enquête. Deux départs de feu se sont succédé, à deux heures d'intervalle dans la nuit de mardi à mercredi, dans ce même immeuble, et il y a donc eu "deux interventions différentes à la même adresse", à 02H23 et 04H30, a dit sur place un porte-parole des pompiers de Paris, le commandant Gabriel Plus.

"Il est évident que quand on a deux appels dans la même nuit, on ne peut pas ignorer que ça peut être un acte de malveillance" - Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet  

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu sur les lieux.

Un immeuble privé

Parmi les personnes décédées, deux se sont défenestrées face à la progression des flammes, les autres sont mortes intoxiquées , selon les pompiers. Le feu s'est déclaré au rez-de-chaussée d'un immeuble d'habitation avant de se propager dans la cage d'escalier.

"C’était horrible de ne rien pouvoir faire" : un voisin de l’immeuble en flamme

Au moment de l’incendie, dans les immeubles proches, c’est l’inquiétude. Les gens mettent la tête à la fenêtre et ils voient le feu. "On ne savait pas ce qui se passait, on voyait des flammes sortir de partout ", dit une voisine. "Ça a commencé à crier dans tous les sens et tout le monde voulait sortir et ils étaient bloqués chez eux quoi. C’est horrible de ne rien pouvoir faire ", raconte un autre voisin.

Des habitants du quartier étaient toujours dans la rue ce matin, en chaussons et en pyjama. Ils étaient atterrés. Ce qu’ils ont vu cette nuit les a marqués pour longtemps. Ils ont assisté impuissants à des gestes désespérés. Ils ont vu deux personnes sauter par les fenêtres de l’immeuble en flamme et une femme crier "A l’aide ! " à la fenêtre avec son bébé sans les bras.

Incendie témoignage

Colère et tristesse

Les habitants du quartier savent que l’origine criminelle de cet incendie meurtrier est privilégiée. Cela inquiète les habitants du quartier. Un jeune homme, qui était présent dans la rue pour faire des photos cette nuit, a vu les pompiers venir deux fois rue Myrha et il se demande "si on aurait pas pu éviter ça ".

En milieu de matinée mercredi, il y avait encore beaucoup de monde tout près de la rue où l’immeuble a brûlé. Un périmètre de sécurité avait  été mis en place. Vers 9h00, les pompiers étaient toujours au travail à l’intérieur de l’immeuble. Ils veulent empêcher le feu de repartir. Ils retirent les moquettes, les meubles et tout ce qui pourrait encore brûler.

 "L'immeuble est un immeuble privé", "il ne relève ni du logement social, ni du traitement pour insalubrité" , a précisé la maire de Paris Anne Hidalgo au côté du ministre de l'Intérieur.

Incendie Myrha 2 - Radio France
Incendie Myrha 2 © Radio France