Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendies du Nouvel An à Strasbourg : "Les gens n'ont pas les moyens de se racheter une voiture"

La colère et l'impuissance des habitants de plusieurs quartiers de Strasbourg qui ont vu des dizaines et des dizaines de voitures s'embraser la nuit du Nouvel An. La plupart des victimes ont peu d'espoir d'être indemnisées.

Une voiture incendiée dans le quartier du Neuhof à Strasbourg.
Une voiture incendiée dans le quartier du Neuhof à Strasbourg. © Radio France - Olivier Vogel

Au lendemain de la nuit du Réveillon très agitée à Strasbourg, avec plus de 200 voitures incendiées, la vie a repris son cours dans les quartiers touchés. Ce jeudi matin, c'est jour de marché au Neuhof. Entre les stands de fruits et légumes et ceux de vêtements, se succèdent les épaves noircies des voitures et autres fourgonnettes

On était dans une guerre, il y avait du feu partout" - une habitante du Neuhof

"C'est vraiment lamentable. La majorité des gens avaient enlevé les voitures, mais pas tous et malheureusement elles ont toutes été brûlées", raconte cette habitante du quartier. C'est le cas de la voiture de fonction du fils de cette riveraine. Elle était garée rue de la Klebsau. "Ça été vite fait, en deux secondes, les gens ont marché vers la voiture, cassé les vitres et jeter les trucs dedans". Avec ses amis, l'un de ses fils a réussi à éteindre partiellement l'incendie. 

"On est dégoûtés, écœurés. J'ai dit l'année prochaine : "Je ne suis plus dans le quartier". On était dans une guerre, il y avait du feu partout, j'ai encore envie de pleurer". Tous les habitants racontent la même chose sur les incendiaires : "ils étaient très jeunes, 12, 13 ans."

Les victimes ont cinq jours ouvrés pour déposer plainte au commissariat, faute de quoi les assurances ne prennent pas en charge les dégâts. Et pour se faire indemniser, il faut être assuré tous risques. "Les gens qui habitent dans cette rue, ce ne sont pas des gens qui ont beaucoup de moyens", précise cette habitante du Neuhof. "Quand vous avez une voiture vieille de 15 ans qui est assuré au tiers, vous n'avez rien. Les gens n'ont pas les moyens de racheter une voiture".

Pour certains, la voiture est le seul bien qu'ils possèdent" - Faouzia Sarahoui, directrice générale de l'association SOS aide aux habitants 

Pour aider les habitants, l'association SOS aide aux habitants France victime 67 propose un soutien psychologique et juridique dans la plupart des quartiers strasbourgeois. "Les habitants sont excédés", témoigne Faouzia Sarahoui, la directrice générale de l'association, "ils ne comprennent pas pourquoi leur quartier devient une scène d'horreur. Pour certains, la voiture est le seul bien qu'ils possèdent". 

L’Eurométropole de Strasbourg et la Police nationale ont mis en place un dispositif d’accueil renforcé. Ce dispositif, mis en place au commissariat central, 34, route de l’hôpital à Strasbourg, accueille et accompagne les victimes dans leurs démarches en lien avec les associations SOS aides aux victimes et Viaduq 67.

Les carcasses des voitures encore présentes au Neuhof à Strasbourg.
Les carcasses des voitures encore présentes au Neuhof à Strasbourg. © Radio France - Olivier Vogel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess