Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendies à Morlaix : "condamnés" par le gouvernement, signe d'une "exaspération" pour les agriculteurs

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Le gouvernement a condamné fermement samedi les incendies de bâtiments publics à Morlaix, dans le Finistère, provoqués par des légumiers en colère. Le Premier ministre Manuel Valls promet des poursuites judiciaires alors que la FNSEA, principal syndicat agricole, a averti que "la tension monte dans les campagnes".

Le gouvernement a condamné les incendies de bâtiments publics à Morlaix (Finistère) provoqués par des légumiers vendredi soir
Le gouvernement a condamné les incendies de bâtiments publics à Morlaix (Finistère) provoqués par des légumiers vendredi soir © Maxppp

Plus d'une centaine de légumiers en colère ont incendié le centre des impôts et la Mutualité sociale agricole de Morlaix vendredi soir pour protester contre les contraintes fiscales et administratives qui pèsent sur eux, occasionnant d'importants dégâts.> A LIRE AUSSI : les réactions après ces incendies.

Bâtiments publics saccagés

En début de soirée, les légumiers en colère se sont d'abord dirigés vers le bâtiment de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) situé en périphérie de Morlaix sur la commune de Saint-Martin-des-Champs. Selon le maire PS de cette commune les manifestants ont alors "tout saccagé à l'intérieur". Ils y ont ensuite mis le feu à l'aide de palettes et de pneus après avoir déversé devant le bâtiment une partie de leur cargaison de légumes invendus, des pommes de terre et des artichauts. Et ce n'était pas fini.En milieu de soirée, les manifestants ont quitté la MSA pour se diriger vers le centre-ville de Morlaix et se sont regroupés devant le centre des impôts.Outre les légumes invendus, des palettes et des pneus, ils ont aussi déversé du fumier. Cassant portes et fenêtres, ils l'ont alors incendié. L'hôtel des impôts de Morlaix, un long bâtiment blanc de deux étages a été sérieusement endommagé.Peu avant minuit les manifestants se sont alors dirigés vers le pont autoroutier de la route nationale 12 qui relie Brest à Morlaix.  Ils ont ensuite déversé des tonnes d'artichauts sur la route. A trois heures du matin samedi les manifestants en étaient repartis, laissant des tas de légumes, des glissières arrachées par endroit, ainsi que des traces de feux de palettes et de pneus, a constaté l'AFP.

 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

 

"Exaspération" face aux réglementations

Le principal syndicat agricole, la FNSEA, a estimé pour sa part que le coup de sang des légumiers traduisait une exaspération" face aux réglementations et a averti le gouvernement que la "tension montait dans les campagnes" . "C'est une action d'une violence certaine qui traduit malheureusement une exaspération, une détresse très forte dans le monde agricole aujourd'hui" , a déclaré le président de la FNSEA, Xavier Beulin, appelant "au dialogue et à l'apaisement" et demandant au gouvernement de "mettre en oeuvre tout de suite" la levée de certaines contraintes.    "Les producteurs de légumes ne peuvent plus dans le contexte économique dégradé que l'on connaît continuer à fonctionner ainsi" , avait déclaré à la mi-journée vendredi Jean-François Jacob, président de la Sica (société d'intérêt collectif agricole) de Saint-Pol-de-Léon, premier groupement français de producteurs de légumes, annonçant des actions à venir lors d'un point presse.

Poursuites judiciaires ?

Manuel Valls a condamné "énergiquement" les "saccages et destructions par incendie" des bâtiments récents du Centre des impôts et de la Mutualité sociale agricole (MSA) de Morlaix par des producteurs de légumes qui protestaient contre les contraintes fiscales et administratives."Il est particulièrement choquant que les sapeurs-pompiers aient été empêchés d'accomplir leur mission. Des poursuites judiciaires seront engagées contre les auteurs de ces actes" , a écrit le Premier ministre dans un communiqué.

morlaix
morlaix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess