Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vandalismes en série dans les vigies anti-incendie de Vaucluse

mardi 29 août 2017 à 17:31 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Dernier acte de vandalisme en date le week-end dernier à Pernes-les-Fontaines : la vigie du comité communal feux de forêts a subi de nombreuses dégradations en Vaucluse. Les bénévoles s'insurgent.

Dégradations à la vigie de Pernes
Dégradations à la vigie de Pernes - Dominique L'Empereur / CCFF

Pernes-les-Fontaines, France

Les vitres, les chaises cassées : depuis le week-end dernier, à la vigie du comité communal feux de forêts, le bâtiment couvert de tôle est ouvert à tous vents, tagué en plusieurs endroits à la bombe. C'est la troisième fois cet été dans le Vaucluse.

"Tout est déstabilisé" - Dominque l'Empereur

Plus grave, la table d'orientation a été cassée. Cette table permet aux 24 bénévoles du comité d'indiquer très précisément les coordonnées des départs de feux dans le massif : "Tout est déstabilisé", déplore Dominique L'Empereur. "On fait plus de la patrouille que de la vigie. Ce n'est pas normal, car la vigie est un point essentiel. Avec la vigie de Saumane, nous voyons quasiment tout le Vaucluse à nous deux."

Les bénévoles ont découvert les dégâts samedi après-midi. Une plainte a été déposée lundi. Les bénévoles du CCFF doivent rencontrer la mairie jeudi.

À Saumane, la vigie vandalisée quatre fois

Mais ce n'est pas la seule vigie à être victime de vandalisme.

À Saumane, "entre mars et avril, la vigie a été vandalisée quatre fois", précise Daniel Vincent, le responsable. Les vitres en polycarbonate, "la porte d'entrée détériorée, la serrure cassée. À l'intérieur on nous a déchiré ou emporté des cartes IGN, on nous a dégradé les fauteuils." Des excréments ont aussi été retrouvés sur place. Comme le bâtiment était ouvert à tous les vents, lui aussi, "les oiseaux sont rentrés, en ont rajouté".

"On a été obligé de remettre à nu et au propre", explique le responsable. Soit 72 heures de travail et 2.200 euros à la charge de la mairie, avant l'ouverture à la mi-juin.

Le CCFF, c'est 40 bénévoles de Saumane et L'Isle-sur-la-Sorgue. C'est "de l'incompréhension" qu'éprouvent les bénévoles, estime Daniel Vincent, "ils ne comprennent pas comment on peut en arriver là, qu'il puisse y avoir des gens assez bêtes pour saccager un bien de protection qui profite à tout le monde."

À Venasque, le plancher défoncé

À Venasque aussi, au printemps, mauvaise surprise pour Olivier Safon, responsable du comité depuis un an. Il se baladait en famille, lorsqu'il a vu "le plancher défoncé, l'échelle forcée, un barbecue, un feu avait été fait au pied de la vigie. Toutes les vitres ont été éclatées".

"On ne peut plus accéder directement à la cabine qui surplombait la dalle à trois-quatre mètres de haut. On gêne le travail des bénévoles, de manière totalement gratuite !", s'insurge le responsable de la vigie qui offre aux 25 bénévoles du CCFF un point de vue exceptionnel sur les massifs de Vaucluse : "C'est magnifique, on voit les Dentelles de Montmirail, les Monts de Vaucluse, les contreforts du Ventoux, on a un point de vue d'enfer!"

Une plainte là aussi a été déposée par le garde-champêtre. Le coût des travaux n'a pas été estimé. La mairie explique que des travaux ne sont pas pour le moment à l'ordre du jour.

Quelle parade à ces actes de vandalisme ?

Alors que faire ? À Pernes, le CCFF croyait avoir trouvé la parade : ne plus fermer à clef la vigie. Résultat, des gens squattaient, passaient la nuit, laissaient parfois des déchets. Mais rien de plus. Mais ce nouvel acte de vandalisme remet tout en question.

Ne plus fermer ? Hors de question pour Daniel Vincent à Saumane : "À partir du moment où ne ferme pas, on ne peut plus rien laisser. x0192 chaque fois, il faut tout emporter."