Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Incident à bord du train Orléans-Paris : l'homme qui avait crié "Allah Akbar" condamné à six mois de prison

Cet homme de 28 ans avait provoqué l'interruption du trafic entre Paris Austerlitz et Fleury-les-Aubrais pendant deux heures samedi après-midi. Il avait provoqué un vent de panique en criant "Allah Akbar" à bord et en ayant un comportement agité. Il est condamné à six mois de prison ferme.

Gare d'Orléans
Gare d'Orléans © Radio France - Antoine Denéchère

Orléans, France

Il avait crié "Allah Akbar" dans un train Orléans-Paris samedi dernier, provoquant l'arrêt du trafic pendant deux heures et l'évacuation d'une centaine de passagers en gare d'Artenay : un homme de 28 ans est condamné à six mois de prison ferme. Il a été incarcéré dès la fin de l'audience.

Cet afghan, qui se dit réfugié, originaire de Kaboul, était jugé en comparution immédiate lundi après-midi pour rébellion et violences dans un moyen de transport collectif. Dimanche, un expert psychiatre avait estimé qu'il était en état d'être jugé. 

Le prévenu dit avoir "ressenti de la magie noire"

Samedi vers 13 heures, cet homme avait crié "Allah Akbar" au milieu des passagers. Il était agité et agressif dans le train avant de se mettre à crier. A l'audience, il explique (via un interprète) avoir alors "ressenti de la magie noire".

Une contrôleuse, alerté par des voyageurs, avait demandé l'arrêt du train TER à la gare d'Artenay vers 13h30, en application du plan Vigipirate. L'homme qui s'était réfugié dans les toilettes du train "pour faire ses ablutions" avait alors été arrêté par les gendarmes sans faire aucun blessé. Aucune arme n'a été trouvée dans ses affaires.