Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Indemnisation totale pour Aïda, défenestrée par son compagnon au Mans

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Ce mercredi, la cour d'appel d'Angers indemnise totalement Aïda, jeune Mancelle défenestrée par son compagnon en 2013. Elle avait dans un premier temps été jugée en partie responsable de son agression, et donc partiellement indemnisée par la justice.

La Cour d'appel d'Angers indemnise totalement Aïda
La Cour d'appel d'Angers indemnise totalement Aïda © Maxppp - Josselin CLAIR

Le Mans, France

Aïda, 31 ans, sera finalement bien indemnisée à 100%. La cour d'appel d'Angers suit les réquisitions du parquet général dans une décision rendue ce mercredi, mise en délibéré depuis une ultime audience au mois de mai. 

"Il était temps que l'on obtienne ce changement de position, estime Me Mathias Jarry, avocat de la victime. On est aujourd'hui dans un contexte de mise en lumière des violences faites aux femmes, et nous étions vraiment dans un cas de violence institutionnelle. La position du Fond de garantie était incompréhensible depuis le départ. C'était un combat supplémentaire, un combat de trop"

Reconnaissance par la justice de sa qualité de victime 

La jeune femme, paraplégique depuis qu'elle a été poussée par la fenêtre par son compagnon violent en 2013, est restée, pendant des années, considérée comme partiellement responsable de ce qui lui est arrivé par le Fonds de garantie des victimes. La jeune femme aurait dû, selon le FGTI, suivre le conseil des policiers qui étaient intervenus le jour même pour une violente dispute à son domicile, et ne pas rentrer chez elle dormir le soir. 

Ce qui a finalement fait changer la position du parquet et du fond de garantie des victimes, c'est que la jeune femme n'a effectivement pas trouvé d'autre solution ce jour là : aucun moyen de rejoindre sa famille dans l'Orne, pas d'amis pour l'accueillir, et aucune place d'hébergement d'urgence disponible au 115. 

A la recherche d'un emploi

Concernant l'indemnisation, aucun montant n'est avancé par l'avocat d'Aïda qui se satisfait d'une "indemnisation qui sera à hauteur de son préjudice". La jeune femme est en fauteuil roulant à vie et continue, selon Me Jarry, de "faire le même cauchemar où son compagnon la frappe et se réveille deux étages plus bas sur une voiture"

Aïda, handicapée, est à la recherche d'un emploi. Son avocat lance un appel à tout chef d'entreprise intéressé pour "recruter une jeune femme charmante, intelligente et en fauteuil roulant".

Son compagnon violent a été condamné, en 2016 par la cour d'Assises, à 15 ans de réclusion criminelle, la plus lourde peine la plus pour ce genre de faits.