Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Indre-et-Loire : 12 ans de prison pour l'adolescent qui avait tué sa mère de 83 coups de couteau

jeudi 21 juin 2018 à 17:29 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine et France Bleu

Le tribunal pour enfants de Tours a condamné ce mercredi un adolescent de 14 ans à 12 ans de réclusion criminelle. Fin mai 2017, à Saint-Cyr-sur-Loire, il avait tué sa mère de 83 coups de couteau.

L'adolescent risquait un maximum de 20 ans de prison, il écope de 12 ans de réclusion criminelle
L'adolescent risquait un maximum de 20 ans de prison, il écope de 12 ans de réclusion criminelle © Maxppp - Maxppp

Tours, France

L'adolescent de 14 ans qui était jugé à Tours pour avoir tué sa mère de 83 coups de couteau a finalement été condamné ce mercredi soir à 12 ans de réclusion criminelle, assortis de 10 ans de suivi socio-judiciaire. Une peine à laquelle s'ajouteront 5 ans de prison si l'adolescent ne respecte pas ce suivi. La condamnation a été prononcée à huis-clos par le tribunal pour enfants de Tours. En raison de son âge, le garçon risquait un maximum de 20 ans de prison. Il vient déjà de passer un an dans le quartier des mineurs de la maison d'arrêt de Tours.

Un cas rarissime, aussi bien par la violence déployée que par l'âge de l'accusé

Le drame s'était déroulé en mai 2017, à Saint-Cyr-sur-Loire. L'adolescent, alors âgé de 13 ans et demi, avait été retrouvé à côté du corps de sa mère. Des ouvriers qui faisaient des travaux sur la façade avaient aperçu le corps de la victime depuis l'extérieur. Cette famille mono-parentale était suivie par les services sociaux : l'adolescent, déscolarisé et accro aux jeux vidéo et aux réseaux sociaux, bénéficiait du suivi d'un pédo-psychiatre.