Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : condamnée pour avoir pratiqué l'acupuncture sans être diplômée de médecine

-
Par , France Bleu Touraine

5 mois de prison avec sursis et 5 années d'interdiction d'exercer l'acupuncture : c'est la condamnation prononcée lundi 25 mai par le tribunal de Tours à l'encontre d'une femme de 48 ans installée comme acupuncteur et naturopathe dans le lochois.

Photo illustration
Photo illustration © Maxppp - ©McPHOTOf

Le conseil de l'ordre des médecins d'Indre-et-Loire a déposé plainte en 2016 pour exercice illégal de la médecine à l'encontre de cette femme qui avait installé son activité d'acupuncteur-naturopathe sur Sublaines, La Croix-en-Touraine et Cormery de 2014 à 2017.

Plusieurs arrêts de la Cour de Cassation précisent clairement que l'acupuncture ne peut être légalement pratiquée que par un médecin  diplômé qui s'est spécialisé. 

Une règle que la prévenue a dit ne pas connaitre et avoir donc "exercé en toute bonne foi" justifiant d'ailleurs que "son activité était tout à fait normalement enregistrée à l'URSSAF et aux Finances Publiques ".

La prévenue a expliqué au tribunal qu'elle avait suivi une formation dans une école spécialisée pour pouvoir pratiquer l'acupuncture et qu'à aucun moment, ses formateurs ne lui avaient expliqué que la pratique de l'acupuncture était illégale sauf par des médecins spécifiquement formés. 

Pas de médecine mais du bien-être 

Lorsque le Président du tribunal lui fait remarquer qu'elle n'a aucune formation de médecine : "je ne parle jamais de médecine, je ne pose pas de diagnostic", dit elle même si elle reconnait procéder à la prise du pouls, à l'examen de la langue et à des palpations au niveau du ventre de la personne, avant d'expliquer au tribunal qu'il s'agit de "médecine chinoise pratiquée depuis 5000 ans et qu'il s'agit de mettre en accord les cinq éléments qui composent l'énergie du corps et de la personne".

Elle était aussi poursuivie pour avoir dissimulé près de 80 000 euros de chèques aux différents organismes sociaux auxquels elle aurait dû les déclarer. 80 000 euros de chèques de clients qu'elle a directement versé sur son compte personnel et pour cela, elle s'estime "négligente sur sa trésorerie" avant d'expliquer qu'elle est aussi en dépression à cause de difficultés personnelles. 

La représentante du Ministère publique s'attardera dans son réquisitoire sur le _"travail dissimulé"_et les 80 000 euros déposés sur le compte personnel de la prévenue avant de réclamer 5 mois de prison avec sursis, 1500 euros d'amende et 5 ans d'interdiction d'exercer l'activité d’acupuncture. 

52 acupuncteurs dans les pages jaunes de l'Indre et Loire 

L'avocate de la défense pose en préambule de sa plaidoirie une question : "Pourquoi elle ? puisque dans les seules pages jaunes de l'Indre et Loire, il y a pas moins de 52 acupuncteurs recensés" avant d'expliquer que le but de l'acupuncture c'est le bien-être et non pas la recherche d'une maladie en expliquant au tribunal que lui interdire de pratiquer l'acupuncture "c'était tué son activité professionnelle" et la mettre dans l'incapacité de faire face aux sommes réclamées par les différents organismes et aux emprunts qu'elle doit rembourser.

Le Tribunal a reconnu la prévenue coupable d'exercice illégal de la profession de médecin et de travail dissimulé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess