Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Indre-et-Loire : une reconstitution pour comprendre pourquoi il a découpé le corps après avoir tué sa victime par balles

mercredi 14 mars 2018 à 7:11 Par Aurore Richard, France Bleu Touraine

Ce mercredi 14 mars, la reconstitution d'un assassinat a lieu à Beaumont-Louestault, au nord-est du département. En décembre 2016, un homme est retrouvé à Charentilly, tué par balles et découpé en morceaux. Un trentenaire a été mis en examen, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Le procès devrait se tenir devant la Cour d'Assises d'Indre-et-Loire l'année prochaine
Le procès devrait se tenir devant la Cour d'Assises d'Indre-et-Loire l'année prochaine © Radio France - Boris Compain

Indre-et-Loire, France

A Beaumont-Louestault, la reconstitution d'un assassinat est programmée ce mercredi 14 mars. Cet assassinat avait marqué les esprits en décembre 2016. 

Un homme de 41 ans avait été retrouvé dans la commune de Charentilly, au nord de Tours, tué par balles et découpé en 18 morceaux. Sa disparition avait été signalée à la gendarmerie de La Membrolle-sur-Choisille par un trentenaire qui s'est présenté comme son ami. Cet homme n'est autre que son meurtrier. Il devait 30.000 € à la victime, de l'argent lié à un trafic de drogue. Le mis en examen encourt la réclusion criminelle à perpétuité. 

Il découpe le corps avec une tronçonneuse

Ce trentenaire, mis en examen, a découpé sa victime en dix huit morceaux avec une tronçonneuse.  Il l'a découpée après l'avoir tuée de cinq balles, dans un bois à Beaumont-Louestault. Il a caché les morceaux dans la commune de Charentilly, au nord de Tours.   

"Lorsque quelqu'un s'est rendu coupable d'un meurtre, il a toujours l'idée d'échapper à ses responsabilités et de faire disparaître le corps. Il n' y a pas de volonté autre que celle de dissimuler le corps ", justifie Me Morin, l'avocat du mis en examen, pour expliquer que le corps ait été découpé en morceaux. Le trentenaire a reconnu les faits une fois placé en garde à vue.

Une expertise psychiatrique ordonnée

Me Morin sait que ces violences post-mortem vont avoir un impact important lors du procès. Il devrait se tenir devant la cour d'assises d'Indre-et-Loire l'année prochaine. " Les jurés vont être, je pense, un peu perturbés par la deuxième phase où il a découpé le corps," prévoit-il. 

Pour savoir si ce geste fou est le geste d'un fou, une expertise psychiatrique a donc été ordonnée. Elle doit déterminer si cet homme peut représenter un danger ou non.