Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Indre-et-Loire : l'affaire Mounia Haddad en appel à Orléans

-
Par , France Bleu Touraine

La cour d'appel d'Orléans juge mardi 8 octobre l'affaire Haddad, du nom de Mounia Haddad, élue LREM de Saint-Pierre-des-Corps, enlevée et séquestrée par son père et deux de ses oncles en août 2018. Ils avaient été condamnés à de la prison ferme en première instance.

M Abed Bendjador fils, avocat de Mounia Haddad et de son fiancé
M Abed Bendjador fils, avocat de Mounia Haddad et de son fiancé © Maxppp - Vanina Le Gall/Maxppp/Nouvelle République

Indre-et-Loire, France

Quasiment un an après le premier procès devant le tribunal correctionnel de Tours, l'affaire Mounia Haddad revient devant la justice, en appel, devant le tribunal d'Orléans cette fois. Mounia Haddad, élue LREM de Saint-Pierre-des-Corps, avait été enlevée et séquestrée par son père et deux de ses oncles à l'été 2018. Sa famille n'avait pas accepté sa relation avec son compagnon de l'époque qui est depuis devenu son mari. Il y a quasiment un an, le tribunal correctionnel de Tours les avaient condamnés à de lourdes peines, au-delà du réquisitoire. Le père avait écopé de quatre ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis. Les oncles avaient été condamnés respectivement à trois ans de prison, dont 18 et 12 mois avec sursis. Leurs avocats avaient immédiatement fait appel après le jugement. Maitre Behloul avait immédiatement dénoncé le jugement du tribunal de Tours, dénoncé le fait que la parole de Mounia Haddad "avait été sacralisée". La présidente du Tribunal avait elle évoqué une "absence totale de remord, de prise de conscience du père et des deux oncles" pour justifier son jugement.  

Mounia Haddad va devoir faire face à nouveau à sa famille

Lors de l'audience en 2018, Mounia Haddad s'était littéralement effondrée, en pleurs, en racontant sa vie. "J'avais peur", "j'étais terrorisée", "je vivais un calvaire" a-t-elle dit à l'époque à la barre. Ses parents, son frère, sa sœur, tous profitaient d'elle. Elle faisait les tâches ménagères chez ses parents, elle gagnait bien sa vie, de quoi faire vivre en partie la famille, son père allant jusqu'à ponctionner son compte en banque de 41.000€ sans lui demander son autorisation. Enlevée à Mandelieu-la-Napoule, ramenée de force à Saint-Pierre des Corps en plein été 2018, elle pensait qu'elle allait être "mariée de force ou même tuée". On est en plein "moyen-âge" avait d'ailleurs dit à l'audience le vice-procureur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu