Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Indre-et-Loire : la préfecture lance un concertation sur la "police de sécurité du quotidien"

dimanche 12 novembre 2017 à 6:23 Par Fanny Bouvard, France Bleu Touraine

Des tourangeaux sont invités à réfléchir à la nouvelle "police de sécurité du quotidien", promise par Emmanuel Macron. Jusqu'au 8 décembre les réunions vont se multiplie avec de nombreux acteurs locaux. Des policiers, des gendarmes mais aussi associations, transporteurs publics, bailleurs sociaux...

Réunion de lancement des concertations à la préfecture d'Indre-et-Loire
Réunion de lancement des concertations à la préfecture d'Indre-et-Loire © Radio France - Fanny Bouvard

Indre-et-Loire, France

C'est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Créer une "police de sécurité du quotidien", plus proches des habitants, plus connectée et qui travaillerait en collaboration avec d'autres acteurs locaux. Pour cela une concertation nationale a été lancée en octobre par Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur. En Indre-et-Loire, la préfecture décline le dispositif au niveau local avec une série de réunions. Huit sont prévues en Touraine jusqu'à la fin du mois de novembre.

Des réunions à Tours, Chambray-les-Tours, Loches, Amboise et Chinon

Autour de la table se retrouveront bien sûr des policiers et des gendarmes. Ils pourront revenir sur leurs expériences, sur leurs besoins. Mais ils ne seront pas seuls. Des élus, des réseaux de transports locaux ou encore des entreprises de sécurité privée, seront aussi amenées à donner leurs points de vue. D'ailleurs en fonction du lieu de la réunion, les thématiques varieront. "Par exemple, à Tours la question de ma sécurisation de fin de nuit sera abordée, alors qu'à Amboise nous parlerons de sécurité agricole, détaille la préfète d'Inde-et-Loire, Corinne Orzechowski. Chaque territoire à ses problèmes de sécurité et à chaque fois nous devons réfléchir aux solutions existantes et à ce que l'on peut améliorer."

A terme, le compte-rendu de ces consultations sera transmis au ministère de l'Intérieur. Les nouveaux dispositifs ou expérimentations choisis seront ensuite testés à partir de janvier 2018 à la fois en ville que dans des villes rurales. "L'objectif est clair avec cette concertation et ce projet, c'est de remettre le gendarme là où il y en a besoin, explique le colonel de gendarmerie Gonzague-Arnaud Prouvost. Nous devons être au cœur de la sécurité des citoyens".