Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Il faut attendre moins de temps en Indre-et-Loire ou à Tours" pour un rendez-vous chez l’ophtalmologiste

-
Par , France Bleu Touraine

Une étude publiée ce vendredi 8 novembre par le Syndicat national des Ophtalmologistes de France montre que de plus en plus de patients sont pris en charge grâce au "travail aidé". Un constat partagé en Indre-et-Loire.

Il est souvent très long de pouvoir avoir un rendez-vous chez un ophtalmologue
Il est souvent très long de pouvoir avoir un rendez-vous chez un ophtalmologue © Radio France - Manon Derdevet

Avoir un rendez-vous chez un ophtalmologiste prend de moins en moins de temps. C'est ce que conclut le syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) qui a dévoilé une enquête vendredi 8 novembre sur les délais d'attente. Une étude faite auprès de presque 1.600 ophtalmos en France et notamment en Indre-et-Loire. 

Selon eux, les délais sont raccourcis pour les prises de rendez vous. Cela est dû au "travail aidé" qui est de plus en plus répandu. Il s'agit du travail en équipe avec, dans un même cabinet, un ophtalmologiste mais aussi un orthoptiste ou une infirmière par exemple.

En Indre-et-Loire, à Chambray-lès-Tours, c'est le choix qu'a fait le docteur Sophie Samimi ophtalmologue depuis 12 ans. Elle travaille au Pôle santé Léonard de Vinci et a participé à cette enquête. Elle remarque les bienfaits du "travail aidé". Depuis quelques mois elle a embauché une orthoptiste dans son cabinet.

"On a un ou deux patients de plus par heure"

"Je pense qu'il faut attendre moins de temps en Indre-et-Loire et à Tours" selon la spécialiste. "Le travail aidé est un plus pour nous ménager et pour apporter une meilleure offre de soins aux patients" constate-t-elle. Travailler avec une orthoptiste lui permet de "lui mâcher le travail" selon la médecin, elle se charge de l'expertise. 

Cela lui permet de diminuer les délais. "Pour une consultation standard pour une prescription de lunettes, là où je voyais un patient en 15 minutes, je prends maintenant 10 minutes grâce à l'orthoptiste. On a un ou deux patients de plus par heure" selon Sophie Samimi.

4 ou 5 mois d'attente au lieu de 6 mois

"Avant il fallait six mois pour avoir un rendez-vous. Sachant que je ne donnais pas de rendez-vous au delà de six mois et donc c'était compliqué parce qu'on disait aux gens de venir un certain jour pour prendre rendez-vous et les gens faisaient la queue devant le cabinet" se souvient la spécialiste. 

"Les gens faisaient la queue devant le cabinet pour avoir un rendez-vous"

Depuis qu'elle a décidé de faire du "travail aidé" son organisation de travail a changé. "Maintenant j'ai des délais à cinq mois et parfois à quatre mois et demis avec la possibilité de prendre de nouveaux patients parfois. Clairement on est plus confortables pour travailler maintenant" explique-t-elle. Elle constate également qu'en Indre-et-Loire les délais de prise en charge sont particulièrement longs à cause des pénuries dans les départements limitrophes. "J'ai des patients qui viennent de Bourges et qui font deux heures de route pour venir me voir" raconte Sophie Samimi. 

En région Centre-Val de Loire, 43% des ophtalmologistes libéraux emploient un orthoptiste salarié, même si cela coûte cher. 

La spécialiste insiste également sur l'annulation de rendez-vous. Si vous avez un empêchement et que vous devez annuler votre rendez-vous, faites-le à l'avance. Cela permettrait selon la spécialiste de voir une dizaine de patients en plus par semaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu