Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès en appel de la Madoff de Touraine ce mercredi à Orléans : une soixantaine de victimes recensées

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Après la condamnation de Sylviane Gigi, en 2018, à quatre ans de prison dont trois ferme, l'ancienne employée de banque comparait à nouveau devant la cour d'appel d'Orléans ce mercredi. Elle est jugée pour avoir escroqué une soixantaine de personnes, pour un montant de 4,5 millions d'euros.

Sylviane Gigi sortant du tribunal de Tours avec son avocat lors de son premier procès.
Sylviane Gigi sortant du tribunal de Tours avec son avocat lors de son premier procès. © Maxppp - ©PhotoPQR/ La NR

Indre-et-Loire, France

Sylviane Gigi surnommée la Madoff de Touraine revient devant les juges à partir de ce mercredi devant la Cour d'Appel d'Orléans. Après sa condamnation, en 2018, à quatre ans de prison dont un an avec sursis et mise à l’épreuve pendant trois ans, son avocat Me Ottavy avait décidé de faire appel sur l'aspect pénal de la condamnation sans contester sa responsabilité dans cette escroquerie de grande ampleur. Une soixantaine de victimes étaient concernées pour un montant de près de 4,5 millions d'euros.

En fait, l'avocat de Sylviane Gigi estimait que le tribunal n'avait pas tenu compte de l'état psychologique de sa cliente au moment où elle avait monté cette escroquerie auprès de dizaines de personnes de sa famille ou de ses amis. Maître Ottavy avait plaidé il y a un an "l’altération du discernement pour cause de trouble bipolaire", avec expertises psychiatriques à l'appui.

Une soixantaine de victimes, 4,5 millions d'euros soutirés

En 2011, lorsque l'affaire a éclaté, ce sont 4,5 millions d’euros qui avaient déjà disparu dans la nébuleuse des 96 comptes bancaires que Sylviane Gigi avait ouvert  en son nom propre et celui de son fils. Entre 1995 et 2011, l'ex-banquière avait soutiré près de 4,5 millions d'euros à 59 victimes de Benais et ses environs, des proches pour la plupart. Sylviane Gigi leur proposait des placements à des taux mirobolants, l'argent des uns servant à rembourser les autres.

La Madoff de Touraine était poursuivie notamment pour faux et altération frauduleuse dans un écrit, usage de faux en écriture et escroquerie. Elle avait été aussi condamnée à verser aux parties civiles près de 337 000 euros, mais son avocat n'a pas fait appel sur cette partie de la condamnation.

Elle promettait des placements juteux avec des taux jusqu'à 30%

A chaque fois, elle utilisait le même mode opératoire : elle se faisait passer pour une employée d'une société de crédit et promettait des placements juteux à ses clients. Ils devaient leur rapporter jusqu'à 30%. Mais ils n'en ont jamais bénéficié. Si certains étaient trop insistants, Sylviane Hamon les remboursait avec l'argent d'autres clients. Les victimes ont versé des sommes allant de 300 à 200.000 euros. L'escroquerie reposait en effet sur un système bancaire pyramidal, dont l'Américain Bernard Madoff est devenu l'un des symboles. Les intérêts des premiers investisseurs étaient en réalité payés par les capitaux investis par les nouveaux arrivants.