Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Indre : la justice se prononce ce vendredi sur la libération conditionnelle de Jean-Claude Romand

jeudi 10 janvier 2019 à 15:48 - Mis à jour le vendredi 11 janvier 2019 à 8:00 Par Frederic Denis, France Bleu Berry et France Bleu

Le tribunal d'application des peines de Châteauroux rendra sa décision ce vendredi concernant la demande de libération conditionnelle de Jean-Claude Romand. Condamné à perpétuité en 1996 pour l'assassinat de sa famille, il a déjà purgé sa période de sûreté de 22 ans. Il est théoriquement libérable.

 Jean-Claude Romand lors de son transfert de la prison de Bourg-en-Bresse en novembre 1994
Jean-Claude Romand lors de son transfert de la prison de Bourg-en-Bresse en novembre 1994 © Maxppp - Jean-Pierre Balfin

Châteauroux, France

La justice se prononcera ce vendredi 11 janvier sur la demande de libération conditionnelle de Jean-Claude Romand. Les trois juges du tribunal d'application des peines de Châteauroux ont entendu toutes les parties le 20 novembre dernier à la maison centrale de Saint-Maur où Jean-Claude Romand est détenu. Jean-Claude Romand, âgé de 64 ans aujourd'hui, a été condamné en 1996 à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'assassinat en 1993 de sa famille. Il a tué sa femme, ses deux enfants et ses deux parents dans le Jura et dans l'Ain. 

Avant ce quintuple assassinat, Jean-Claude Romand s'était fait passé pendant des années pour un médecin de l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé, alors qu'il n'a pas été plus loin que la deuxième année de médecine. Jean-Claude Romand est théoriquement libérable depuis 2015 mais cette possibilité d'une libération conditionnelle fait vraiment débat.

Son avocat, Jean-Louis Abad se dit confiant. Il parle d'un projet "extrêmement sérieux" dans l'hypothèse d'une sortie de prison. Jean-Claude Romand aurait trouvé un travail, un logement et il donnerait des garanties financières. Selon l'administration pénitentiaire, le service d'insertion et de probation, Jean-Claude Romand, a une attitude exemplaire en détention. Détenu discret, il travaille : il a par exemple numérisé des bandes vidéos pour les archives de l'INA. 

Un risque de récidive faible 

Mais qu'en est-il de son niveau de dangerosité ? Les experts parlent d'un risque de récidive faible. Malgré tout, les parties civiles et le parquet de Châteauroux s'opposent à sa remise en liberté. L'un des beaux frères de Jean-Claude Romand rappelle qu'il a fait illusion pendant vingt ans, en se faisant passer pour un illustre médecin. Emmanuel Crolet a décrit sur France Bleu Berry "un pro du mensonge, un mythomane, une personne qu'on n'arrive toujours pas à cerner". Impossible selon lui de lui faire confiance. 

Emmanuel Crolet rappelle que des co-détenus l'ont décrit comme un homme inodore, incolore et très curieux vis-à-vis de ce qu'il a fait. 

Laure Moureu, avocate des parties civiles, explique pourquoi une libération conditionnelle de Jean-Claude Romand est "prématurée"

Plusieurs possibilités pour les juges

Les juges d'application des peines du tribunal de grande instance de Châteauroux peuvent donc décider ce vendredi du maintien en détention de Jean-Claude Romand, de sa libération conditionnelle, de son placement sous bracelet électronique ou encore d'un régime de semi-liberté. Il passerait alors ses journées dehors et ses nuits en prison.