Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Indre : les 1.200 pompiers du département bientôt formés pour mieux détecter les violences conjugales

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Un vaste plan de formation va être lancé en 2020 pour sensibiliser chaque sapeur-pompier professionnel ou volontaire de l'Indre sur les questions de violences conjugales. Ce lundi, une trentaine d’instructeurs ont suivi cette formation au sein de la caserne du SDIS 36.

Illustration: secours pompiers
Illustration: secours pompiers © Radio France - Oanna Favenec

Châteauroux, France

On le sait, l'une des pistes pour lutter contre les violences conjugales c'est de mieux former les policiers, les magistrats, les travailleurs sociaux ou encore... les pompiers. C'est dans ce cadre là que ce lundi au sein de la caserne du SDIS 36, une trentaine de cadres et d'instructeurs ont participé à une journée de sensibilisation sur la conduite à tenir auprès d'une femme victime de violence avérée, ou présumée. 

L'objectif, c'est que d'ici la fin de l'année prochaine, les 1.200 sapeurs pompiers du département soient tous sensibilisés sur la question. La séance de formation commence d'abord par un petit film d'une quinzaines de minutes avec le témoignage poignant d'une victime. S'en suit une série d'interventions menées par des médecins, des responsables associatifs ou des gendarmes. 

Mieux détecter les victimes

En face d'eux, une trentaine de pompiers formateurs. Certains prennent des notes comme l'adjudant-chef Frank Messin. "Bien sûr parce qu'on formera ensuite dans les centres de secours". Ce dispositif de prévention "ça manquait" dit-il "car, dans le passé, j'ai vécu ce type d'intervention à deux reprises". Lui et son équipe n'avait alors pas su bien interpréter la situation. Il se souvient : "On était intervenus chez cette dame. Et à chaque fois c'était des chutes. Des chutes un peu bizarres mais des chutes tout de même. Et puis la troisième fois cette dame est venue se réfugier dans notre caserne. En faisant confiance à cette dame, on était donc passé à côté"

Cela fait désormais partie de la formation continue au même titre qu'un massage cardiaque"

Cette formation, c'est donc pour éviter de refaire les même erreurs. "Cela fait partie désormais de la formation continue au même titre qu'un massage cardiaque" explique la commandante Isabelle Kowalski "à savoir, quels sont les signes pour détecter les violences ? Quels sont les comportements qu'ont les victimes ? Ou vers qui se tourner pour signaler ces faits ?" Ces séances de sensibilisation se dérouleront l'année prochaine dans toutes les casernes du département.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu