Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Indre : les marocains d'Aigurande exploités par leur patron obtiennent satisfaction aux Prud'hommes

jeudi 23 août 2018 à 16:18 Par Olivia Chandioux, France Bleu Berry

La décision est tombée dans l'affaire des quatre bûcherons marocains qui accusent leur ancien employeur à Aigurande de les avoir exploités. Leur ancien patron vient d'être condamné par le Conseil des Prud'hommes de Châteauroux à leur verser plus de 17.000 à euros à eux quatre.

De gauche à droite, Driss, Rachid, Ahmid et Mustapha disent avoir été exploités à Aigurande.
De gauche à droite, Driss, Rachid, Ahmid et Mustapha disent avoir été exploités à Aigurande. © Radio France - Valentine Letesse

Aigurande, France

Ils accusaient leur employeur de ne pas les avoir rémunéré. Quatre bûcherons marocains d'Aigurande, commune à la frontière de l'Indre et de la Creuse, ont obtenu satisfaction devant les Prud'hommes de Châteauroux jeudi. Le conseil des Prud'hommes de Châteauroux a condamné leur employeur à leur verser leurs salaires, 3500 euros pour deux d'entre eux, 4500 et 5900 euros pour les deux autres, des sommes qui correspondent à ce qu'ils avaient réclamé.

D'après ces quatre hommes, leur patron leur avait fait vivre un enfer entre juin 2017 et mai 2018, l'un d'entre eux, par exemple, n'avait touché que 2.100 euros pour un an de travail.  Depuis, ils vivent grâce à la générosité des habitants d'Aigurande qui se sont mobilisés et de la Croix Rouge. L'employeur a 15 jours pour faire appel.

Pour aider les quatre Marocains, les membres du collectif de soutien ont lancé une cagnotte sur Internet.