Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Indre : un ancien candidat aux Législatives jugé en correctionnelle ce mercredi 13 juin

mercredi 18 avril 2018 à 4:36 - Mis à jour le mardi 12 juin 2018 à 4:36 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Gilles des Gachons, ex-candidat aux Législatives sur la première circonscription de l'Indre, devrait être jugé pour diffamation à l'encontre de l'ancien député socialiste Jean-Paul Chanteguet.

Avocat, Justice (illustration)
Avocat, Justice (illustration) © Maxppp - Maxppp

Châteauroux, France

Un ancien candidat aux Législatives de 2017 dans l'Indre comparaîtra ce mercredi 13 juin devant le tribunal correctionnel de Châteauroux. Gilles des Gachons, ex-candidat sur la première circonscription de l'Indre, celle remportée par l'actuel député La République En Marche François Jolivet, est accusé de diffamation par l'ancien député socialiste Jean-Paul Chanteguet. Pendant la campagne, particulièrement virulente, Gilles des Gachons s'en était pris dans un tract à l'ancien député socialiste alors candidat à sa propre succession.

Une plainte pour diffamation

"Cinq mandats... au total tu nous en as mis pour 25 ans! Tu t'en es mis plein les poches pendant tout ce temps". Voilà notamment ce qu'on pouvait lire dans l'un des tracts de campagne distribué par le candidat Gilles Des Gachons dans les boîtes aux lettres de la circonscription au printemps 2017. Un texte ciblant l'ancien parlementaire PS Jean-Paul Chanteguet et comportant selon son avocat "des imputations de faits de malversation". Des insinuations insupportables pour le socialiste qui avait porté plainte en mai dernier pour diffamation. "Ces propos diffamatoires sortent du débat politique en incorporant des faits mensongers portant de surcroît une atteinte manifeste à l'honneur et à la considération d'un parlementaire" écrit encore son avocat.

Comme le révélaient dès mardi soir nos confrères de la Nouvelle République, il devrait donc bien y avoir un procès en correctionnelle. Joint par France Bleu Berry, Jean-Paul Chanteguet confirme avoir reçu une copie de l'ordonnance de renvoi. L'ancien député fait savoir qu'il n'ira pas au procès, mais il se dit très satisfait des poursuites judiciaires à l'encontre de l'ancien candidat.

Jusqu'à 45.000 euros d'amende

S'il est reconnu coupable de diffamation publique contre un parlementaire, Gilles des Gachons risque une amende pouvant aller jusqu'à 45.000 euros. Selon le Code pénal, "la diffamation publique contre un représentant de l'autorité publique, un élu local, un parlementaire, un policier, un gendarme, un douanier, un inspecteur du travail ou un magistrat en raison de ses fonctions est punie d’une amende pouvant atteindre le montant de 45 000 euros".