Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Infanticide à Lempdes en 2017 : une autre "affaire Fiona" en procès devant les assises du Puy-de-Dôme

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le 21 février 2017 à Lempdes, Lilian, 4 ans, était découvert inanimé à son domicile. Son beau-père sera rapidement interpellé. Ce lundi, son procès se tient devant les assises du Puy-de-Dôme à Riom. Il est poursuivi pour meurtre sur mineur de moins de quinze ans.

La salle de la cour d'assises de Riom dans le Puy-de-Dôme
La salle de la cour d'assises de Riom dans le Puy-de-Dôme © Radio France - Géraldine Marcon

Est-on en présence d'une nouvelle affaire Fiona ? Maître Anne-Laure Lebert, une des avocates des parties civiles, en est quasiment convaincue, alors que s'ouvre ce lundi le procès du beau-père de Lilian, décédé en février 2017. Ce mardi, le corps du petit garçon de quatre ans avait été retrouvé inanimé dans un appartement type HLM de Gandaillat à Lempdes. Transporté en urgence absolue par les pompiers, il était finalement décédé dans la soirée au CHU de Clermont-Ferrand.

Le beau-père comparait pour meurtre

Quelques heures plus tard, le compagnon de la mère était interpellé. Son discours ne concordait pas avec les constatations faites par les enquêteurs sur le corps du garçon. Lors de sa garde à vue, le beau-père avait affirmé que l'enfant "avait fait une chute dans un des escaliers de l'appartement." Mais, les premiers éléments de l'enquête ne collaient pas avec ces déclarations : "L'enfant portait sur le corps une multitude de traces", des hématomes, affirmait à l'époque Eric Maillaud, le procureur de la République de Clermont-Ferrand. Aujourd'hui, "on attend de ce procès la vérité" estime maître Anne-Laure Lebert, avocate du père de Lilian.

Une affaire Fiona "bis"

Pour autant, les avocats de la défense comptent mettre en cause la justice et les services sociaux. Car le père de Lilian avait signalé, un an et demi avant les faits, des hématomes sur le corps de son fils. Il avait porté plainte, et la garde de l'enfant avait été retirée à la mère. Retournement de situation quatre mois avant ce 21 février 2017 : la justice décide de redonner la garde de Lilian à sa mère. "Les services sociaux ont dysfonctionné" explique maître Anne-Laure Lebert. "En ce sens, c'est une affaire plus grave que celle de l'affaire Fiona" estime-t-elle. 

Maître Anne-Laure Lebert : "C'est une affaire similaire à l'affaire Fiona"

La mère de Lilian comparaîtra libre pour "non assistance à personne en danger". Le procès doit durer jusqu'à mercredi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess