Faits divers – Justice

EXCLU - Affaire Omar Raddad : toujours pas de concordance ADN prouvée scientifiquement

Par David Di Giacomo, France Bleu Azur et France Bleu lundi 31 octobre 2016 à 15:02

.
. © Maxppp - .

Info France Bleu Azur. Les résultats de l'institut génétique de Nantes ont été communiqués au parquet de Nice. Les analyses obtenues ne permettent pas de confirmer la concordance entre une trace ADN de la scène de crime et le FNAEG, le fichier national des empreintes génétiques.

C'est une information France Bleu Azur. Dans l'affaire Omar Raddad, la concordance entre une trace ADN et le fichier des empreintes génétiques n'est toujours pas établie à 100%.

D'après le procureur de Nice, les conclusions ne permettent pas en l'état de confirmer scientifiquement cette hypothèse. Toutefois, le doute n'étant pas encore levé, le parquet devrait saisir un service d'enquête pour entendre la personne dont l'identité est sortie au FNAEG, le fichier qui recense les auteurs de crimes et délits en France. Les empreintes ADN de cet individu seraient alors prélevées et à nouveau comparées à la trace retrouvée sur les scellés, en l'occurrence les portes qui se trouvaient sur la scène de crime.

Ghislaine Marchal avait été tuée à coups de couteau en juin 1991 dans sa villa de Mougins. Son jardinier, Omar Raddad, a été condamné pour ce meurtre. Partiellement gracié par Jacques Chirac en 1998, Omar Raddad espère toujours prouver son innocence.

Son avocate, maître Sylvie Noachovitch, jugeait il y a dix jours comme une excellente nouvelle qu'une trace ADN ait "matché" avec une personne inscrite au fichier national.

Partager sur :