Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

INFO FRANCE BLEU BERRY - Une soixantaine d'armes de guerre découverte au domicile d'un militaire à Bourges

lundi 25 juin 2018 à 16:33 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry et France Bleu

Un militaire berruyer de 49 ans a été mis en examen et placé en détention à Bourges le 11 juin dernier pour trafic d'armes. Lors de la perquisition de son domicile, une soixantaine d'armes de guerre ont été découvertes.

Les armes saisies par la Section de recherches d'Angers lors de ce coup de filet.
Les armes saisies par la Section de recherches d'Angers lors de ce coup de filet. - Compte Facebook Gendarmerie Nationale

Bourges, France

Un homme a été arrêté le 11 juin dernier à Bourges dans le cadre d'un vaste coup de filet dans le milieu des collectionneurs d'armes en France. Une centaine de perquisitions et une centaine de personnes ont été entendues dans toute la France dans le cadre de cette enquête diligentée par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Rennes et pilotée par la Section de recherches d'Angers avec l'assistance d'Europol.

Un arsenal impressionnant

Fusils à pompe, armes d'épaules, pistolets mitrailleurs... en tout, c'est une soixantaine d'armes de guerre qui a été saisie à son domicile. Il s'agirait de la plus importante perquisition menée par la Section de recherche du Maine-et-Loire dans le cadre de cette affaire. La plupart de ces armes étaient cachées derrière un mur en plâtre, d'autres dans des caisses en métal.

Ces armes dateraient de la Seconde guerre mondiale et seraient d'origine allemande et américaine. Mais des expertises, menées par l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN), sont encore en cours pour en déterminer la provenance exacte.

Instructeur aux écoles militaires de Bourges

D'après nos informations, cet homme de 49 ans, marié et père de quatre enfants, a fait toute sa carrière dans l'Armée de Terre pendant trente ans. Il a notamment été mobilisé sur des opérations extérieures en Afghanistan et en Afrique. Il est aujourd'hui instructeur aux écoles militaires de Bourges, avenue Carnot, un centre de formation spécialisé de l'Armée de terre.

Il se présente comme un collectionneur d'armes, un véritable passionné visiblement assez doué pour construire et réparer les armes lui-même. Une partie de la collection aurait appartenu à son père, aujourd'hui décédé. C'est son père, originaire des Vosges, qui lui avait transmis cette passion.

Ce militaire fréquentait aussi les forums sur internet. Récemment, un interlocuteur basé au Gabon l'avait mis en relation en France avec un autre passionné, à qui il avait proposé d'échanger deux armes mais la transaction n'a pas pu aboutir. L'homme a été interpellé début juin après avoir reçu une convocation à la gendarmerie où il s'est présenté de lui-même.

Placé en détention provisoire à Bourges

Ce militaire - au casier judiciaire vierge - a été mis en examen le jour de son interpellation le 11 juin, pour acquisition, cession et détention d'armes non déclarées. Il encourt jusqu'à 10 ans de prison. Il a fait appel de son placement en détention provisoire la semaine dernière à Rennes, où est traitée l'affaire, mais la chambre de l'instruction de Rennes a rejeté sa demande en attendant le résultat des expertises sur les armes saisies.

Une enquête démarrée en 2016

Selon nos informations, au total douze personnes ont été mises en examen, dont ce militaire berruyer, dans le cadre de cette longue enquête démarrée à l'automne 2016. La dernière vague de perquisitions menée à la mi-juin a mobilisé 600 gendarmes. Ce troisième coup de filet a permis la saisie de quelques 700 armes dans une cinquantaine de départements, dont 250 armes de pointe, plus d'une trentaine de fusil d'assaut et près de 50 pistolets mitrailleurs.