Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

INFO FRANCE BLEU | Déjà 5.000 heures supplémentaires pour les policiers de la Vienne, en pleine crise des Gilets jaunes

-
Par , , France Bleu Poitou

Les Gilets jaunes sont mobilisés depuis le 17 novembre dernier, et les policiers aussi ! C'est une information France Bleu Poitou, dans la Vienne, les fonctionnaires de police ont fait plus de 5.000 heures supplémentaires.

Illustration : Manifestation des policiers à Bordeaux (Gironde) le 19 avril 2019.
Illustration : Manifestation des policiers à Bordeaux (Gironde) le 19 avril 2019. © Radio France - Nina Valette

Poitiers, France

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes il y a presque six mois, les policiers de Poitiers et Châtellerault ont multiplié les heures supplémentaires. Plus de 5 000 à ce jour. C'est l'équivalent de 142 semaines de travail. Amélie Guibout, psychologue de la Police nationale, qui suit au quotidien les policiers du Poitou, et Alain Pissard, délégué syndical SGP-Police-FO, craignent des conséquences sur le long terme.

Sept policiers blessés dans la Vienne, une vingtaine en Poitou-Charentes

Pour l'instant, l'esprit de corps fait que les policiers tiennent même si certains d'entre eux ont été blessés. Il y en a eu sept dans la Vienne,  une vingtaine si on ajoute les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime. Amélie Guibout mesure au quotidien la fatigue, pour ne pas dire l'épuisement de certains fonctionnaires. Elle explique que cette situation génère des tensions des conflits, au travail mais aussi dans la vie privée. 

"Quand on travaille parfois trois samedi sur quatre depuis six mois, la vie familiale en prend un coup et du coup, précise Alain Pissard, délégué syndical SGP Police FO. Cette ultra mobilisation a aussi comme conséquence des séparations ou des divorces". Une situation compliquée qui pourrait encore s'aggraver. Pour Alain Pissard, la police est "au bord du burn-out". Amélie Guibout craint "qu'il puisse y avoir des conséquences psychologiques".