Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

INFO FRANCE BLEU - L’ingénieur de Thales tué en Colombie habitait Lapeyrouse-Fossat, près de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Philippe Cavaillès, 45 ans, résidait à Lapeyrouse-Fossat, commune du nord-est de Toulouse. L’ingénieur de Thales a été abattu lundi soir par un tueur à gages dans les rues de Bogota, en Colombie. Il était marié et père de trois enfants.

Philippe Cavaillés, l’ingénieur toulousain de Thales a été abattu dans les rues de Bogota
Philippe Cavaillés, l’ingénieur toulousain de Thales a été abattu dans les rues de Bogota © Maxppp - Vincent Isore

Lapeyrouse-Fossat, France

Philippe Cavaillés, l’ingénieur toulousain de Thales tué en pleine rue lundi soir dans un quartier huppé de Bogotá la capitale colombienne était originaire de Lapeyrouse-Fossat a confirmé à France Bleu la mairie de cette commune du nord-est de Toulouse. L' ingénieur de 45 ans était marié et père de trois enfants, trois filles scolarisées à l’université, au lycée et au collège.

Marié , père de trois filles

« Philippe Cavaillès et sa famille étaient installés depuis plusieurs années sur la commune, il était très impliqué dans la vie associative » indique le maire de Lapeyrouse-Fossat Alain Guilleminot. "Il participait activement aux activités du club de hockey en salle, et il était impliqué auprès de l’association des parents d’élève." C’est pourquoi l’annonce de sa mort a jeté la consternation sur la commune – ajoute le maire de Lapayrouse-Fossat

Ce règlement de compte, pour moi, c’est une erreur - estime le maire

Le maire de Lapeyrouse-Fossat - Alain Guilleminot "la famille ne comprend pas ce qui arrive"

« Nous qui le connaissons bien, un tueur à gages, une sorte de contrat sur lui, ça nous parait complètement aberrant. » Le maire Alain Guilleminot précise que l’ingénieur toulousain ne devait pas partir en Colombie, vu le climat de violence dans le pays, mais finalement, on lui a dit qu’il fallait partir, il y est allé malheureusement. »

La famille est complètement dans l’expectative, en plein désarroi et dévastée. 

« Ils ne comprennent pas ce qui leur arrive. Ils sont rassemblés chez eux , entourés de leurs amis . La commune les soutiendra au mieux dans cette épreuve dramatique » ajoute le maire de Lapeyrouse-Fossat.

Au mauvais moment, au mauvais endroit

Selon les informations de la police colombienne et de l'ambassade de France, l’ingénieur toulousain sortait lundi soir vers 22h15 d'une pizzeria dans le nord de la ville, accompagné d'un autre Français. Le tueur est arrivé par derrière, visant uniquement la victime. 

Selon le major Robert Mendez, commandant de la police du district de Chapinero. "Nous écartons l'hypothèse d'un vol. D'après les éléments dont nous disposons, il s'agit d'un assassinat perpétré par un tueur à gages", a-t-il encore expliqué.

« Selon les informations qui nous parviennent, il pourrait s’agir d’un assassinat mafieux à l’aveugle » explique à France Bleu , Laurent Trombini, le coordinateur CGT du groupe Thalès. Selon lui, Philippe Cavaillès n’était pas particulièrement visé. "Il pourrait s’agir d’un rite de passage d’un groupe mafieux, l’individu qui a tiré aurait eu pour ordre d’abattre un homme pour entrer dans un cartel . Notre collègue était semble-t-il au mauvais endroit , au mauvais moment . »

Pas de mission cachée d’espionnage

Selon l'ambassade de France, la victime était un ingénieur "en mission" à Bogota pour le groupe de technologie et de défense français. Le major Mendez de la police colombienne a indiqué que l'homme était déjà venu en Colombie en 2017 et qu'il n'avait "jamais eu de problème, jamais eu maille à partir avec quiconque lors de son séjour" dans le pays.

L’ambassade ajoute que l’ingénieur toulousain ne participait pas au salon Expodefensa consacré à la défense et à la sécurité qui se déroule actuellement dans la capitale colombienne.

Le salon de la défense et de la sécurité Expodefensa à Bogotà - Maxppp
Le salon de la défense et de la sécurité Expodefensa à Bogotà © Maxppp - Leonardo Muñoz

Philippe Cavaillès travaillait dans la division de Thalès Avionics, spécialiste des  radars de détection aérienne. « Il visitait effectivement ce salon consacré à la défense, mais pas en tant qu’exposant, il n’avait pas de mission secrète ou cachée" – ajoute Laurent Trombini de la CGT.

Une cellule psychologique mise en place

Le groupe Thales réagit par voie de communiqué ce mercredi : "C’est avec une immense et profonde tristesse que Thales confirme qu'un de ses collaborateurs est décédé à Bogota (Colombie) ce 2 décembre 2019. Le collègue qui l'accompagnait a été immédiatement pris en charge par les autorités compétentes et la direction de Thales sur place. Toutes les pensées des personnels de l’entreprise vont à la victime de ce tragique événement ainsi qu’à sa famille, à ses proches et à ses collègues. Thales partage leur extrême émotion et leur douleur. Une cellule d’assistance psychologique a été mise en place. Une équipe de Thales a été dépêchée sur place et est en contact permanent avec les autorités locales compétentes et le corps diplomatique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu