Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

INFO FRANCE BLEU - Le maire de Sevran dénonce des renforts de policiers insuffisants

vendredi 3 mars 2017 à 14:51 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Ce mois-ci 147 policiers sont affectés en Seine-Saint-Denis. Un nombre insuffisant pour Stéphane Gatignon, qui dénonce "un manque d'environ 30 à 40 policiers par commissariat" dans sa ville de Sevran mais aussi à Aulnay-sous-Bois ou Villepinte, un mois après le déclenchement de l'affaire Théo.

Une voiture de police, en Seine-Saint-Denis (illustration)
Une voiture de police, en Seine-Saint-Denis (illustration) © Radio France - Rémi Brancato

"Sur toute la Seine-Saint-Denis, c'est à peine 145 à 150 policiers qui ont été nommés et ça ne comble pas les départs de l'an dernier" attaque Stéphane Gatignon, qui s'adresse ce vendredi à Bruno Le Roux, le ministre de l'Intérieur, au micro de France Bleu. Le maire de Sevran vient d'obtenir les attributions de fonctionnaires de police sortis d'école dans les deux dernières promotions fin février et début mars : 147 vont travailler en Seine-Saint-Denis. Un nombre insuffisant, selon lui.

"Il manque 30, 40 policiers par commissariat" dénonce Stéphane Gatignon, le maire de Sevran

Et le problème est particulièrement cuisant dans le troisième district du département, celui qui inclut Sevran, mais aussi Aulnay-sous-Bois, Villepinte ou encore Tremblay-en-France : "il manque environ 30 à 40 policiers par commissariat" par rapport aux effectifs théoriques, dénonce l'élu. "Aujourd'hui on a un commissariat tout neuf à Sevran, qui se vide petit à petit, alors que l'Etat, la Région, tout le monde a investi massivement sur ces nouveaux commissariats, qui sont vides car il n'y a pas de forces" ajoute-t-il, estimant que "la Seine-Saint-Denis est totalement délaissée en renforts de police".

Une "pression terrible sur les policiers" du 93

Le délégué du syndicat Unité SGP Police FO au commissariat d'Aulnay-sous-Bois confirme les difficultés dans le secteur, estimant que la zone est la "vache maigre du département eu égard à l'intensité de la criminalité". Il décrit des équipes "à effectif minimal : dès qu'il y a un blessé ou un malade, cela met à mal les patrouilles".

D'autant que le contexte met en exergue ce besoin de renforts. "Les événements de Théo l'ont montré : aujourd'hui ce manque d'effectifs met une pression terrible sur les policiers" estime Stéphane Gatignon. Selon lui, les efforts sont orientés ailleurs : "il y a d'autres choix qui sont faits et je conteste ces autres choix", explique l'élu : "des policiers vont vers Paris, vont vers la sécurité des personnalités, il y a du renfort qui est normal au renseignement intérieur, mais aujourd'hui on est en train de prendre des policiers de base pour les mettre-là".

Un cri d'alarme qu'avaient déjà poussé plusieurs élus du département ces dernières semaines : François Asensi, le député maire (PCF) de Tremblay-en-France a écrit au ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux début février pour demander des "moyens supplémentaires" dans les commissariats du 93. Lors d'une visite en Seine-Saint-Denis en septembre, Bernard Cazeneuve, qui occupait alors le poste, avait annoncé l'arrivée de 300 policiers dans le département, suite à un nombre de départs équivalents à la fin de l'été.