Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Info France Bleu - Le meurtrier présumé de l'étudiant à Clermont-Ferrand est en fuite en Turquie

mercredi 25 octobre 2017 à 17:37 - Mis à jour le mercredi 25 octobre 2017 à 20:43 Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

L'auteur du coup de couteau mortel de ce week-end a bénéficié de complicités de proches pour faciliter son départ en Turquie, pays d'origine de ses parents. Son interpellation pourrait s'avérer très compliquée. Un complice a été déféré mercredi après-midi devant le parquet de Clermont-Ferrand.

C'est dans cet immeuble du Boulevard Côte-Blatin qu'a eu lieu le drame
C'est dans cet immeuble du Boulevard Côte-Blatin qu'a eu lieu le drame © Radio France - Olivier Vidal

Clermont-Ferrand, France

Le Procureur de la République de Clermont-Ferrand a confirmé ce mercredi après-midi les informations révélées par France Bleu Pays d'Auvergne. Eric Maillaud nous a précisé que le principal suspect dans l'affaire d'homicide survenu ce week-end dans un appartement du boulevard Côte-Blatin à Clermont-Ferrand était bien à l'étranger. L'homme âgé de 21 ans a réussi à fuir en Turquie avec la complicité de sa famille et d'amis. Un scénario qui complique considérablement le travail des enquêteurs de la sureté départementale du Puy-de-Dôme. En fait, son interpellation pourrait dépendre de sa nationalité.

Tout va dépendre de sa nationalité

Le meurtrier présumé est né à Thiers dans le Puy-de-Dôme, mais de parents turcs. Les autorités ignorent à l'heure qu'il est s'il est Français, Turc ou possède la double nationalité. Dans ces deux derniers cas, les autorités turques peuvent refuser son extradition. La France tente de le convaincre de se rendre de lui-même. Dans le cas contraire, un mandat d'arrêt européen pourrait être lancé à son encontre.

Le mensonge de certains témoins

Un des amis complices du fuyard s'est présenté de lui-même lundi soir au commissariat. A l'issue de sa garde à vue, il devait être déféré ce mercredi après-midi devant le parquet de Clermont-Ferrand en vue d'une mise en examen pour "complicité et recel de malfaiteur". Le Procureur de la République nous avait confié mardi soir que plusieurs protagonistes de la soirée étudiante avaient caché la vérité aux enquêteurs pour protéger la fuite de l'agresseur. Les effets de l'alcool auraient entrainé le geste criminel pour un motif sans doute futile. Après audition de leurs témoignages, d'autres participants à la soirée ont été mis hors de cause.