Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

INFO FRANCE BLEU - Les gilets jaunes veulent aussi porter plainte contre Edouard Philippe et Christophe Castaner

vendredi 4 janvier 2019 à 14:18 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne et France Bleu

Ce samedi 5 janvier, à 11 heures, des gilets jaunes mayennais déposeront une plainte contre le président de la République. Plainte qui pourrait aussi viser le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur.

Discussions entre la police et les gilets jaunes à Kingersheim.
Discussions entre la police et les gilets jaunes à Kingersheim. © Radio France - Patrick Genthon

Évron, France

Des gilets jaunes porteront plainte contre Emmanuel Macron pour avoir utilisé, selon eux, la force publique de manière abusive, lors des mobilisations en novembre et décembre dernier. Ils se rendront demain matin, samedi 5 janvier, à la gendarmerie de Laval pour "usage intempestif de la force publique et non-assistance à personne en danger". Ces manifestants jugent le comportement de la police violent.

Objectif : provoquer un effet "boule de neige"

Cette plainte pourra être enregistrée mais il y a de fortes chances qu'elle soit classée sans suite : aucune action ne peut être engagée contre le chef de l’État pour des actes accomplis au cours de son mandat. Il bénéficie d’une immunité. 

On a des martyrs !" - un gilet jaune mayennais

Une immunité pénale qui, en revanche, ne concerne pas deux proches du président de la République : son Premier ministre, Édouard Philippe, et le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. C'est pourquoi les gilets jaunes prévoient également de les citer dans leur plainte. Ils se décideront avant d'aller à la gendarmerie. 

Cédric Jung est à l'origine cette action. Cet habitant d'Evron est mobilisé depuis le début du mouvement : "Les CRS, les gendarmes ont tiré au flash-ball, ont gazé, ont tiré des grenades de désencerclement. On a tous vu ces photos de gens se faire tabasser. C'est une honte, on est méprisé. On a des martyrs. On se doit de faire quelque chose pour eux, pour ne pas les oublier, pour montrer qu'on est tous solidaires. Je vous avoue qu'on a aussi réfléchi à porter plainte contre Philippe et Castaner. C'est possible pour faire davantage pression. Le but, et je ne le cache pas, c'est qu'il y ait un effet 'boule de neige' pour que d'autres gilets jaunes en France suivent la même démarche"