Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

INFO France Bleu Paris - L'hôpital militaire de Saint-Mandé victime d'une énorme panne de courant

jeudi 4 janvier 2018 à 15:18 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris et France Bleu

C'est un incident rare qui s'est produit le 1er janvier à l'hôpital Bégin près de Paris. Une coupure d'électricité totale a paralysé l'établissement pendant une grande partie de la soirée. Car les groupes électrogènes n'ont pas pris le relais, et il a fallu évacuer en urgence plusieurs patients.

L'hôpital a été privé de courant pendant près de deux heures et demie, le 1er janvier 2018.
L'hôpital a été privé de courant pendant près de deux heures et demie, le 1er janvier 2018. © Radio France - Nicolas Olivier

Saint-Mandé, Val-de-Marne, France

"On a été choqué, c'était vraiment très inquiétant". Cette proche d'un patient en réanimation à l'hôpital Bégin en tremble encore. Il est environ 18h ce lundi 1er janvier quand l'Hôpital d'Instruction des Armées de Saint-Mandé (94) est subitement plongé dans le noir. Une panne électrique qui serait sans conséquence si les groupes électrogènes avaient fonctionné normalement. "On a eu un black-out total de 2h25, reconnaît le médecin général Jean-Claude Rigal-Sastourné, médecin-chef du HIA Bégin. C'est très rare car nos réseaux électriques sont extrêmement protégés, mais on n'est jamais à l'abri d'une série d'erreurs humaines... Là il y a eu un enchaînement de dysfonctionnements". 

Une erreur de branchement

Quelques heures plus tôt, un employé d'une société de maintenance avait branché un container frigorifique sur la mauvaise prise, parce qu'elle était "mal étiquetée" selon la direction de l'hôpital. Cela a déchargé rapidement les batteries des automates qui sécurisent le réseau électrique et permettent de basculer si besoin vers les groupes électrogènes. Quand tout a disjoncté, le système de secours n'a jamais pu se déclencher.

Quatre patients transférés

Selon l'Agence Régionale de Santé d'Ile-de-France (ARS), 168 patients sont hospitalisés ce jour-là, dont une douzaine en réanimation, le service le plus sensible. Car si les respirateurs artificiels sont branchés sur une prise ondulée, qui permet de maintenir une alimentation pendant un certain temps, il faut faire vite. Six personnes intubées et ventilées doivent donc être évacuées en urgence par le SAMU du Val-de-Marne et les Pompiers de Paris. Les opérations débutent dans l'obscurité, par les escaliers du bâtiment. Lorsque le courant revient, à 20h25, quatre patients ont déjà été transférés vers des hôpitaux publics de la région parisienne. Tous reviendront à Bégin dans les jours suivants.

Pour Isabelle*, une proche d'un malade, "cet épisode a mis en jeu la sécurité des patients. C'est insensé que cela arrive dans un hôpital qui a bénéficié d'une importante rénovation ces dernières années (achevée en 2016, NDR). Et surtout on n'a eu aucune information, personne n'est venu nous voir alors qu'on était très inquiets."

Les causes de l'incident seront analysées

L'Hôpital Bégin promet de tirer tous les enseignements de cet incident. - Radio France
L'Hôpital Bégin promet de tirer tous les enseignements de cet incident. © Radio France - Nicolas Olivier

La direction de l'établissement militaire estime au contraire avoir fait le nécessaire pour informer les familles. Et considère que cet événement a été parfaitement géré par les équipes. Pour Jean-Claude Rigal-Sastourné, le médecin-chef de l'hôpital, "à aucun moment la santé des patients n'a été menacée, la continuité et la sécurité des soins a été maintenue, notamment grâce aux Pompiers de Paris et grâce au SAMU."

Informée tout au long de l'incident, l'ARS attend désormais le rapport de l'hôpital. Le HIA Bégin a convoqué une réunion "de retour d'expérience" pour le mercredi 10 janvier. Les équipes de l'hôpital, les deux prestataires impliqués -Clemessy et SPIE, le SAMU, et les pompiers analyseront l'ensemble des événements. Une introspection qui doit déboucher sur un plan d'action de l'hôpital pour éviter toute nouvelle coupure inopinée.

* Son prénom a été modifié