Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EXCLU - Un Mosellan de 17 ans mis en examen pour apologie de terrorisme

vendredi 22 juin 2018 à 20:30 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Un Mosellan de 17 ans a été mis en examen ce vendredi pour apologie de terrorisme à Metz. La justice lui reproche d'avoir partagé, via son téléphone portable, des vidéos de propagande islamiste. Sa soeur et son beau-frère sont également mis en examen pour recel d'apologie de terrorisme.

Le palais de justice de Metz
Le palais de justice de Metz © Maxppp - Alexandre Marchi

Metz, France

Info France Bleu Lorraine : un Mosellan de 17 ans a été mis en examen ce vendredi pour apologie de terrorisme. La justice lui reproche d'avoir partagé via son téléphone portable des vidéos de propagande islamiste. Sa soeur et son beau-frère âgés de 25 et 30 ans sont également mis en examen dans cette affaire pour recel d'apologie de terrorisme. Mais tous été laissés libres sous contrôle judiciaire, ils habitent dans l'agglomération messine.  

Mon frère n'est pas radicalisé, il est jeune, il a téléchargé des conneries

Eux nient toute radicalisation. "Mon frère n'est pas radicalisé, il est jeune, il a téléchargé des conneries" affirme l'un de ses grands frères. Les faits remontent à l'automne dernier. Le jeune homme de 17 ans a partagé des vidéos téléchargées sur son téléphone portable, des vidéos qui font l'apologie du djihad. On y voit notamment des victimes être décapitées, reconnait son entourage

Nous le voyons souvent mais nous ne sommes pas des personnes radicalisées

L'adolescent a été entendu par un juge d'instruction ce vendredi après-midi à Metz, il a été mis en examen et laissé libre sous contrôle judiciaire mais sorti de son environnement familial. Il vivait jusqu'à présent chez ses parents, la justice l'aurait placé dans un foyer. Un autre de ses frères serait radicalisé, il a été fiché S. 

Sa soeur a également été mise en examen pour recel d'apologie de terrorisme car le téléphone portable est à son nom. Son beau-frère ne comprend pas pourquoi lui et sa femme sont poursuivis dans cette affaire. "Nous le voyons souvent mais nous ne sommes pas des personnes radicalisées", assure-t-il.