Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

INFO FRANCE BLEU - Une Rennaise affirme avoir été frappée par un chauffeur Uber

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Une jeune femme de 29 ans affirme avoir été frappée par un chauffeur de la compagnie de VTC dans la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 octobre. L'homme n'aurait pas apprécié qu'elle ferme mal la porte de son véhicule.

L'agression a eu lieu à la sortie du véhicule. (Photo d'illustration)
L'agression a eu lieu à la sortie du véhicule. (Photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Rennes, France

Une femme de 29 ans assure avoir été agressée par un chauffeur de la compagnie de VTC Uber à Rennes. Les faits se sont produits dans la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 octobre.

Des insultes à cause d'une portière mal fermée

Il est un peu plus de minuit lorsque Marine quitte le bar du mail François Mitterrand où elle vient de passer la soirée. Elle veut rejoindre le centre-ville et commande une voiture via l'application Uber. La course dure à peine 10 minutes, sans accroc et dans le silence. Le chauffeur dépose la jeune femme rue Paul-Louis Courier. La situation dérape. "J'ai entendu un flot d'insultes, sal*pe, sale p*te, il s'est énervé d'un coup parce que j'avais mal fermé sa portière !" s'étonne encore Marine.

La passagère réplique. "Je lui ai dit qu'en me parlant comme il le faisait je ne risquais pas de fermer sa portière correctement. Il est alors sorti de sa voiture et il m'a mis un coup de poing. Je suis tombée." L'homme remonte alors dans sa Peugeot 508 et redémarre mais Marine, sous le coup de la colère, donne un coup dans son rétroviseur. Elle tente de rejoindre l'hôtel où elle doit passer la nuit. "J'étais un peu déboussolée. J'ai cherché mon chemin et je l'ai vu passer plusieurs fois. Il me pistait. Heureusement, deux hommes m'ont accompagnée jusqu'à l'entrée de l'hôtel."

Uber s'excuse et rembourse sa course, mais...

Dès le lendemain, elle porte plainte au commissariat de police et contacte la société Uber. "Ma course a été remboursée, ils m'ont présenté des excuses et m'ont posé beaucoup de questions. On m'a expliqué que le compte du chauffeur allait être suspendu." L'affaire aurait pu en rester là sauf que ce mercredi 30 octobre, Marine a eu la mauvaise surprise de découvrir que le compte de son chauffeur était encore actif. "Il a reçu de nouvelles notes et des commentaires. Je ne sais pas s'il conduit encore à Rennes mais il exerce encore et je ne peux pas l'accepter. Il faut qu'il soit banni de chez Uber pour que ça ne se reproduise plus."

La réponse d'Uber

De son côté, la société assure que pour des raisons de confidentialité elle ne peut pas communiquer sur la présence ou non de cet homme dans la liste de ses chauffeurs. Par ailleurs, Uber précise qu'un comité interne a été mis en place au sein de l'entreprise, il est composé d'un panel de chauffeurs. Ce comité se réunit après chaque suspension pour décider ou non de permettre à un chauffeur sanctionné de reprendre ou son volant. Ce comité pourrait avoir donné son autorisation pour lever la suspension du chauffeur rennais. Pas de quoi satisfaire Marine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu