Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

INFOGRAPHIE - Tout comprendre aux procès AZF, 18 ans après la catastrophe à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Il y a 18 ans, l'usine AZF de Toulouse explosait faisant 31 morts et des milliers de blessés. Depuis, pas moins de trois procès se sont tenus. La Cour de cassation se prononce ce mardi sur le pourvoi de Grande Paroisse et de l'ancien directeur du site et pourrait lancer un 4e procès.

Les membres d'une association de victimes devant la cour d'appel de Paris le 24 janvier 2017.
Les membres d'une association de victimes devant la cour d'appel de Paris le 24 janvier 2017. © Maxppp - Christophe Petit-Tesson

Y aura-t-il un 4e procès AZF ? Dix-huit ans après l'explosion d'un stock de nitrate d'ammonium dans l'usine chimique de Toulouse qui avait fait 31 morts et des milliers de blessés, la Cour de cassation se prononce ce mardi 17 décembre. Elle doit dire si elle annule l'arrêt de la cour d'appel de Paris de 2017, un arrêt qui condamnait la société Grande Paroisse, filiale de Total, à l'amende maximale de 225.000 euros et l'ancien directeur du site Serge Biechlin à 15 mois de prison avec sursis pour "homicide involontaire". Ce sont eux qui se sont pourvus en cassation.

La Cour de cassation avait déjà cassé un arrêt de la cour d'appel (de Toulouse cette fois) en 2015, considérant que l'on pouvait douter de l'impartialité de l'une des magistrates lors du premier procès. Cette fois encore, les avocats de la défense utilisent l'argument de la partialité en mettant en doute un expert désigné par le parquet.

Les victimes d'AZF et leurs proches espèrent qu'il n'y aura pas de quatrième procès. "Total veut nous avoir à l'usure, faute de combattants", réagissait sur France Bleu Occitanie Armand Cassé, ex salarié et toujours secrétaire du CE d'AZF. Pauline Miranda, la présidente de l'association des sinistrés du 21 septembre 2001, nous confiait pour sa part en septembre dernier qu'un 4e procès "serait une horreur".

Pour tout comprendre à ces multiples procès, découvrez l'infographie de France Bleu (cliquez ici si l'image ne s'affiche pas correctement) : 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu