Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Insécurité à Montbéliard : y a-t-il assez d'effectifs de police ?

-
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le débat sur les effectifs de police est une nouvelle fois relancé à Montbéliard après les violences urbaines de dimanche soir dans le quartier de la Petite Hollande, où des mâts de vidéosurveillance ont été détruits à l'aide d'un engin de chantier.

Un contrôle de police à la Petite Hollande (photo d'illustration)
Un contrôle de police à la Petite Hollande (photo d'illustration) © Maxppp - Lionel Vadam

Les effectifs de police sont une nouvelle fois mis sur la sellette à Montbéliard, après les incidents qui ont émaillé la soirée de dimanche dans le quartier de la Petite Hollande. Des individus ont dérobé un engin de chantier pour faire tomber trois mâts de vidéo-protection ainsi que des lampadaires et feux de signalisation. Pour le syndicat Alliance Police Nationale, comme pour la maire de Montbéliard, les effectifs de police ne permettent pas de répondre à ces situations de "guérilla urbaine".

Quatre patrouilles mobilisées dimanche soir

Joël Mathurin, le préfet du Doubs tient à rétablir une vérité : non, la police n'était pas absente du quartier dimanche soir, et les fonctionnaires présents ce soir-là ont fait preuve "de discernement et de sang-froid". "Seuls des tirs d’armes à feu auraient permis d’arrêter l’engin de chantier, avec les conséquences dramatiques qu’on imagine (...) l’ordre a été donné de ne pas recourir à cette extrémité", précise-t-il.

Il ne faut pas intervenir sur un engin de 6 tonnes qui roule

Quatre patrouilles étaient mobilisés au moment des faits dimanche soir dans le quartier : deux police secours, une brigade anti-criminalité et une unité canine. "Si à l'instant -T il y avait eu une, deux ou trois patrouilles de plus, ça n'aurait rien changé", insiste Michel Klein, le DDSP du Doubs, directeur départemental de la sécurité publique.

"Il ne faut pas intervenir sur un engin de 6 tonnes qui roule", explique-t-il. "Imaginez un instant que cette personne (le conducteur ndlr) soit impacté, et que cet engin se dévie de sa trajectoire et écrase des gens, que n'aurions-nous pas entendus ?! Donc, certes la situation sur le plan matériel est grave, mais sur le plan humain il n'y a pas de dégâts et c'est pour l'instant l'essentiel".

Il faut des policiers supplémentaires (Marie-Noëlle Biguinet)

"Cela fait des mois, des années, que je le demande : il faut plus d'effectifs supplémentaires, et plus de réponse judiciaire, ça devient vraiment décourageant, quand je pense aux moyens que tout le monde investit sur ces quartiers, pour ce résultat, c'est franchement décourageant", répète la maire LR de Montbéliard Marie-Noëlle Biguinet, qui avait écrit au ministre de l'Intérieur en juillet dernier. Selon elle, le commissariat a perdu une quinzaine de postes en un an.

Alliance Police réclame 30 postes

"Le commissariat de police de Montbéliard aurait besoin de 30 postes supplémentaires de gradés et gardiens de la paix pour fonctionner", estime Christophe Dalongeville, le secrétaire départemental adjoint du syndicat de police Alliance du Doubs. Il faudrait selon lui 153 agents, contre 123 actuellement. "Un chiffe jamais atteint, pourtant c'est un minimum pour fonctionner", déclarait-il à la rentrée dernière, après de nouveaux incidents.

"Le nombre de policiers à Montbéliard est conforme à ce qu'il doit être sur une circonscription de 80.000 habitants", répond le DDSP du Doubs Michel Klein. Le préfet reconnaît toutefois que l'agglomération de Montbéliard dispose d'une "configuration spécifique en étoile, où les quartiers sont éclatés entre sept ou huit communes, ce qui peut créer une difficulté opérationnelle".

La préfecture rappelle enfin que des "renforts ponctuels" sont régulièrement envoyés à Montbéliard : des renforts d'unités de forces mobiles (CRS), ou des renforts de fonctionnaires de police, via le groupe départemental d'intervention (GDI) basé à Besançon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess