Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vendredi 13 : deux jeunes s'inspirent du film d'horreur et terrorisent des passants à Nancy

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu, France Bleu Lorraine Nord

Deux jeunes Nancéiens se sont inspirés du film "Vendredi 13" pour tourner une vidéo dans les rues de Nancy, dans la nuit de lundi à mardi. Objectif : poster le clip ce vendredi sur les réseaux sociaux. La blague se terminera au tribunal.

Deux jeunes s'inspirent du film d'horreur "Vendredi 13" et terrorisent des passants à Nancy.
Deux jeunes s'inspirent du film d'horreur "Vendredi 13" et terrorisent des passants à Nancy. - Rodrix Paredes / tweet @PoliceNat54

Nancy, France

Inspirés par le film d'épouvante "Vendredi 13", deux jeunes Nancéiens, jusque là inconnus des services de police, ont eu l'idée de tourner une courte vidéo pour la publier sur les réseaux sociaux, justement ce vendredi 13 septembre. Carton assuré, pensent-ils, en nombre de vues. Les deux garçons se sont donc installés vers 1 heure du matin, dans la nuit de lundi à mardi, rue Isabey à Nancy. 

Les rôles étaient bien définis : l'un porterait un masque horrible, semblable à celui du film, et braquerait les passants avec une arme factice, tandis que l'autre filmerait la scène. 

Une victime choquée

Le scénario fait son effet : un premier groupe de passants, composé de trois hommes, prend peur et ne pense qu'à une chose, fuir le plus vite possible. En revanche, la victime suivante, une femme, prend elle aussi peur et restera choquée profondément. Prise en charge par les services d'urgence, elle s'est vue prescrire un jour d'ITT (interruption temporaire de travail). C'est elle d'ailleurs qui a appelé la police.

Les deux jeunes ont été interpellés et placés en garde à vue. Leur histoire n'a fait rire ni l'officier de police judiciaire, ni le procureur de permanence. Ils sont convoqués devant le tribunal pour le 30 avril prochain. Dans leur scénario, ils n'avaient pas imaginé un tel épilogue.

Choix de la station

France Bleu