Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un salarié traité de "bougnoule" dans une entreprise de Montpellier

mercredi 29 novembre 2017 à 17:20 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu

Un salarié d'origine maghrébine de l'entreprise de nettoyage Samsic a été insulté par une autre employée lors d'une conversation téléphonique : "Ces bougnoules ne ramènent jamais rien". L'employée s'est excusée, mais les salariés ont débrayé mardi pour protester.

Le siège de l'entreprise à Cesson Sévigné (Cote d'Armor)
Le siège de l'entreprise à Cesson Sévigné (Cote d'Armor) © Maxppp -

Montpellier, France

Depuis une semaine, c'est le malaise chez les salariés de la société de nettoyage industriel Samsic à Montpellier.

Jeudi dernier, l'un d'entre eux, un agent de maîtrise, a été insulté par une autre salariée qui travaille au service technique en Bretagne. Une insulte à caractère raciste.

"Ces bougnoules ne ramènent jamais rien."

L'insulte a été proférée lors d'une conversation sur haut parleur. Une partie des 350 salariés de la société ont débrayé mardi pour exprimer leur colère.

Tout est parti d'une simple histoire de téléphone. L'agent de maîtrise va dans le bureau de sa responsable, son portable professionnel est cassé. L'agent appelle le service technique, met le téléphone sur haut parleur. La femme au bout du fil demande si son collègue a toujours le carton du téléphone. La réponse est non. Elle lâche alors l'insulte et la directrice ne dit rien.

Fikri Laghfiri, 40 ans, le salarié victime de ces propos, travaille depuis près de vingt ans chez Samsic. Il est blessé et en colère.

"J'ai été profondément blessé, j'en ai pleuré dans ma voiture, je ne pensais pas qu'on pouvait encore prononcer ces mots là aujourd'hui."

"J'avais oublié d'envoyer le chargeur et la boite et c'est là que la dame a dit "ces bougnoules ne ramènent jamais rien", y avait le haut-parleur. J'ai été touché, j'en ai pleuré dans ma voiture. Je n'ai eu aucun soutien de ma chef à Montpellier, elle n'a pas stoppé la conversation qui a duré 5 minutes. Il a fallu que j'envoie un mail pour que tout le monde se manifeste.

"C'est dommage d'en arriver là. Je suis sous le choc parce que je pensais que ces mots ne se disaient pas. je suis en colère. Il y a une cassure avec l'entreprise, je vais avoir du mal à travailler avec ces gens là, je vais toujours me sentir faible, je n'ai plus confiance en moi"

Fikri Laghfiri, le salarié insulté

"Ce sont des propos inacceptables mais tenus par une personne isolée, ce n'est pas notre mode de fonctionnement. La salariée s'est excusée."

François Leroux, le directeur des ressources humaines de Samsic, reconnait que la salariée a tenu des propos inacceptables . "J'ai été informé dans l'heure par son chef de service et nous avons décidé de recevoir notre collaboratrice et je lui ai vertement rappelé que de tels propos ne devaient en aucun cas avoir lieu que ce soit vis-à-vis d'un salarié du groupe ou de toute autre personne. Puis elle a appelé personnellement le collaborateur concerné pour s'excuser auprès de lui et ensuite elle lui a envoyé un mail pour confirmer ses excuses."

"L'incident semblait s'être apaisé, mais les salariés avertis par notre collaborateur ont décidé de manifester devant cet état de fait qu'ils n'acceptent pas. Je rappelle que ces propos sont tenus par une personne isolée et ne sont pas le mode de fonctionnement de notre entreprise qui a basé son développement sur le respect de l'ensemble de ses salariés. Compte tenu de notre réaction vive et de l'avertissement qu'elle a eu, notre collaboratrice a bien compris le message et mesurera dorénavant ses propos."

Le DRH affirme que la salariée qui a proféré l'insulte raciste a été sanctionnée sans préciser la nature de la sanction.

Fikri Laghfiri réfléchit à porter l'affaire en justice. Il ne peut pas attaquer sa collègue aux prud'hommes. C'est uniquement à l'employeur de prendre des sanctions. Il peut simplement demander réparation pour le préjudice subi.

Selon la déléguée CGT du personnel, Fouzia Jdily, les salariés de Samsic manquent de reconnaissance : "C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, nous sommes souvent insultés par les clients et la direction ne fait rien. C'est un manque de considération, nous voulons être considérés comme des salariés à part entière de la part des clients et de la direction, même si certains sont illettrés."